Jessica Thomas


Poste

Doctorante DIM IS2-IT

Institution de rattachement

Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS)

La thèse de Jessica Thomas porte sur les motivations politiques, scientifiques et professionnelles qui façonnent le projet agroécologique élaboré par le ministère de l’agriculture. L’enjeu est de comprendre comment l’agroécologie s’est imposée comme nouvel objectif de développement agricole et a reçu l’adhésion d’acteurs aux intérêts variés. Il est alors nécessaire de questionner les déterminants de ce volontarisme affiché. L’enjeu est de replacer la volonté de présenter l’agroécologie comme un nouveau « paradigme », dans un contexte, ainsi que dans des changements progressifs et de comprendre comment l’action publique se saisit de cette problématique.

Le choix est fait de se concentrer sur la réflexion concernant la production et la diffusion de savoirs agroécologiques pour permettre la transition. Cette attention particulière portée aux connaissances constitue à la fois un élément théorique commun à diverses définitions de l’agroécologie, ainsi qu’un point de convergence entre un nombre significatif d’acteurs du développement agricole. L’agroécologie ne se limiterait pas à une réorientation des solutions scientifiques apportées, et à une interdisciplinarité entre agronomie et écologie, mais irait jusqu’à remettre en cause les méthodes de construction du savoir pour intégrer une dimension participative (Altieri, 1995) et des innovations “ascendantes”. Cependant, une question émerge de l’analyse de ces discours et des premières mesures en faveur de l’agroécologie : ce consensus autour du rôle déterminant des savoirs agroécologiques pour enclencher la transition peut-il se matérialiser par des changements aussi profonds que ce que les définitions théoriques les plus abouties – et les plus engagées – de l’AE proposent ? Autrement formulé : l’appropriation du terme “agroécologie” par le gouvernement français de la recherche publique peut-elle permettre des transformations radicales du système de production agricole et du système de production du savoir nécessaires pour être à hauteur des exigences théoriques de l’agroécologie ?

A télécharger

  • CV_JESSICA THOMAS
  • TOP