Actualités

2018 Call for IFRIS post-doctoral positions

Seven (7) post-doctoral positions are available at the Institute for Research and Innovation in Society.

IFRIS welcomes science, technology and society scholars in all social science disciplines: history, sociology, political sciences, anthropology, economics, management sciences or law.

STS is understood in a broad sense of issues related to the production and use of science and technologies in societies. The post-doc candidates should propose original research projects on specific issues that relate to public health, biomedicine, agricultural sciences, food security, climate change, biodiversity, environmental questions, ICT, “big data” and internet, historical and social construction of technologies, risk and regulation, development and research policies, global distribution of knowledge, intellectual and property rights and global commons, circulation of knowledge, construction of public research policies, multilevel governance of science and technology, knowledge and local development, regimes of regulations and production of sciences and innovation in society.

See the list of projects funded by IFRIS to date for your information.

Selected candidates will be attached to one of the following IFRIS research units (name and acronym are followed by the scientific organisation to which the unit is attached). See the website links for more details on these units.

Candidates do not need to have previous knowledge of these research groups.Nonetheless, it might be useful for them to consult their websites or take contacts that might help them designing their research project. Contacts can be made through the IFRIS Secretariatrust[at]ifris.org

Selected candidates are eligible for a 24-month contract, under the French standard in relation to salary and work status. Contracts will start as soon as possible after selection, according to candidates’ previous obligations and engagements, and on January 1st, 2019 at the latest.

Requirements

To be eligible, post-doc candidates should hold a Ph.D. or doctoral degree as on the date of December 15th, 2018 at the latest and should have already fulfilled all the obligations for the acquisition of their Ph.D. or doctoral degree.

In case the candidate do not have their degree by the date of this submission, he/she should present a reference letter from their doctoral supervisor certifying that he/she will hold his/her Ph.D. or doctoral degree as on the date of December 15th, 2018 at the latest.

If an applicant is selected but does not meet the deadline – December 15th – to obtain his/her PhD, he/she will loose the benefit of his/her selection.

Candidates cannot apply for a post-doc position within a research group where they have prepared their doctoral research work.

Applications

Candidates should fill out the online form by clicking on the following link and send their research proposals by February 5th, 2018, consisting of:

  • A cover letter written by the candidate to indicate the way she/he believes her/ his project contributes to IFRIS research agenda. The candidate should indicate her/his former relations to IFRIS research units, in case they exist. Candidates are not requested to indicate in which IFRIS research unit they would like to be hosted, but nevertheless can do so.
  • A one page Curriculum Vitae. The Vitae should indicate diplomas, trajectory, places and institutions where the candidate has worked and studied. Previous post-docs should be indicated in case there has been any.
  • A research project (no more than 8 pages). The project should be written in English, including a plan of activities for the whole 24-month period and a tentative budget. The project should clearly state its objective, methodology, theoretical position, type and mode of collection of empirical material, research strategy, and expected outcomes. It should also indicate the type of expected production out of this period of time (workshops, book, articles, or any other envisioned material).
  • A complete list of publications.
  • In case the candidate do not have their degree by the date of this submission, he/she should present a reference letter from their doctoral supervisor certifying that he/she will hold his/her Ph.D. or doctoral degree as on the date of December 15th, 2018 at the latest. For the French candidates, their viva report is also required (“rapport de soutenance”).

Selection criteria

  • Quality of the research project
  • Relevance in relation to IFRIS agenda
  • Potential of the topic to favour the integration of the candidate to the hosting research group
  • Quality of the candidate’s academic and research trajectory

The application will be sent in one single file, pdf format, and should be saved under the following name:
Name_appelpostdoc_IFRIS.pdf (where “name” is the last name of the candidate)

To IFRIS Secretariat: rust[at]ifris.org

 

Useful dates

Deadline: February 5th, 2018

– November 7th, 2017: Launch of the call

– February 5th, 2018: Receipt of proposals

– May 30th, 2018: Acceptance decision sent to the candidates

 

Assemblée générale de l’IFRIS

La prochaine Assemblée Générale de l’IFRIS se tiendra le 18 janvier 2018, de 11h00 à 17h30 à Paris.

Cette journée sera consacrée à la présentation des travaux des post-doctorants soutenus par l’IFRIS et à une discussion sur les orientations scientifiques du LabEx SITES.

Le lieu exact ainsi que le programme détaillé vous seront précisés ultérieurement.

Conférence Annuelle 2018 de l’association Eu-SPRI – Réserver vos dates !

L’IFRIS organise la prochaine conférence annuelle de l’association Eu-SPRI du 6 au 8 juin 2018 à l’ESIEE Paris (Champs-sur-Marne), sur le thème “Towards a New Generation of Research and Innovation Policies : Governance and Relevance”.

La conférence sera l’occasion de poursuivre les débats engagés autour du futur des politiques de recherche et d’innovation.

Elles se concentrera sur les 5 axes suivants :

  • Les pratiques et l’évolution de la gouvernance
  • Les nouveaux cadrages (nouveaux acteurs, nouvelles valeurs)
  • Approfondir les effets structurants de la globalisation
  • Mettre les défis sociétaux en perspective
  • Approfondir notre connaissance des innovations citoyennes ou celles axée sur l’utilisateur

Procédures :

  • Appel à proposition de sessions pour donner la possibilité de proposer des “tracks” et des sessions spéciales (nous attendons au moins la moitié des propositions dans ces sessions) ;
  • Appel à communication : nous voulons continuer à construire une communauté scientifique ouverte pour les conférences de Eu-SPRI ;
  • Appel à poster : nous voulons que la conférence dispose d’un espace clairement visible pour les posters

L’ouverture des communications aura lieu prochainement sur le site de la conférence.

 

Announcement and Call for Papers – EU-SPRI Early Career Researcher Conference (ECC) Milan, Italy November 23rd – 24th, 2017

Announcement and Call for Papers

EU-SPRI Early Career Researcher Conference (ECC) Milan, Italy

November 23rd – 24th, 2017

How to Foster Innovative Entrepreneurship? Trends, Challenges, and Policy Implications

 

 

Scholars and policy makers have devoted growing attention to innovative entrepreneurship, i.e. the development of new products/services or new methods to produce/deliver existing goods at a lower cost (Baumol et al., 2007). Academics have centered their investigation on the entrepreneur? and firm?level characteristics that facilitate the identification and exploitation of innovative business ideas (Zahra and Wright, 2011; Autio et al., 2014), whereas policy circles (e.g., OECD, European Commission) have focused on the role of innovative entrepreneurship in favoring new jobs creation and economic growth.

Despite these efforts, there is still a rather poor understanding of innovative entrepreneurship along several dimensions. First, the definition of innovative entrepreneurship is still quite fuzzy (Low & Isserman, 2015). Second, extant literature lacks widely accepted measures of innovative entrepreneurship. As a consequence, current works provide incoherent figures on the size of the phenomenon: the share of innovative ventures on the overall number of new venture ranges from less than 10% to about 50%, depending on the measure used. Finally, there is a compelling need for research about the determinants, the outcomes, and the economic impact of innovative entrepreneurial ventures.

Moving from these premises, the idea and scope of this two?days conference is to bring together the ongoing research and policy debate on innovative entrepreneurship. Discussions will provide an overview of the trends, challenges, and policy implications with the aim of improving our understanding of this complex phenomenon. Paper presentations will be enriched by keynote speeches of leading scholars in the field.

Some broad topics that might be addressed in papers submitted to the conference include:

  • Identification and exploitation of innovative business opportunities
  • The role of technology in the creation of innovative entrepreneurial ventures
  • The role of knowledge and human capital in fostering innovative entrepreneurship
  • The sources of finance for innovative ventures
  • The organization of innovative entrepreneurship
  • Behavioral aspects of innovative entrepreneurship
  • The role of universities to stimulate the creation and development of innovative entrepreneurship
  • Multi-level policies to promote innovative entrepreneurship
  • Innovative entrepreneurship driven by societal challenges

 

Organizing Committee


Vincenzo Butticé (Politecnico di Milano)

Massimiliano Guerini (Politecnico di Milano)

Christian Manfred Lechner (Libera Università di Bolzano)

Evila Piva (Politecnico di Milano)

Paola Rovelli (Politecnico di Milano)

 

Keynote Speaker: David Hsu (Wharton School, University of Pennsylvania)


David Hsu is the Richard A. Sapp Professor and a Professor of Management at the Wharton School, University of Pennsylvania. He graduated from Stanford University with undergraduate majors in economics and political science. He received his master’s degree in public policy from Harvard University, followed by his Ph.D. in management from the Massachusetts Institute of Technology. Hsu’s research interests are in entrepreneurial innovation and management.

Within that domain, he has investigated topics such as intellectual property management, start-up innovation, technology commercialization strategy, and venture capital. His research has appeared in leading journals such as Management Science, Journal of Finance, Strategic Management Journal, and Research Policy. He is past department and associate editor of Management Science, and current associate editor of the Strategic Management Journal. In 2008, Hsu was awarded an Alfred P. Sloan Foundation Industry Studies Fellowship.

 

Target audience


The conference aims at involving a selected group of scholars. The participation from scholars at the Assistant Professor level, at the post?doc level, or at early stages of their career is particularly encouraged. PhD candidates at the final stage of their dissertation are also encouraged to attend.

 

Submissions and selection


Participants are invited to submit a full paper or an extended abstract and their CV. Full papers should be no longer than 30 pages, including figures and tables. Extended abstracts should be no longer than 3,000 words and clearly specify the objective of the study, its approach and results. The CV should indicate the PhD dissertation topic for PhD students and the main research projects for research assistants and post?doctoral researchers. Full papers/extended abstracts and CVs should be submitted by email to the following address  entrepreneurship-workshop-dig@polimi.it as PDF files.

Participants will be selected basing upon the quality of the submitted paper/extended abstract, the coherence with the conference theme, and their CV. Once acceptance will be notified, participants should confirm their participation and send the final version of their full paper.

 

Main deadlines


Deadline for full papers/extended abstracts submission                    

September 3rd, 2017

 

Notification of acceptance                                                                                                                  

September 29th, 2017

 

Deadline for sending full papers and registration (including the payment of the fee)         

October 31st, 2017

 

Conference                                                                                                                                             

November 23rd – 24th, 2017

 

Conference venue


Politecnico di Milano, Department of Management, Economics, and Industrial Engineering

Via Lambruschini 4/b, 20156, Milano (Italy).

 

Conference fee


EU-SPRI members: the conference is free of charge. The organization will cover accommodation for two nights, lunches, conference material and the conference dinner. Accommodation for early career delegates will be provided close to the conference venue in the university accommodation.

Non EU-SPRI members: the conference fee is 200 € (includes conference material and lunches; conference dinner not included). Participants from outside EU-SPRI forum are advised to book their accommodation in Milan.

For information regarding conference registration and payment and any other questions, please contact the conference organizers: entrepreneurship?workshop?dig@polimi.it

Colloque International – Gouverner par la prédiction ? Modèles, données et algorithmes dans et pour l’action publique

 

Gouverner par la prédiction ? Modèles, données et algorithmes dans et pour l’action publique

Annonce de colloque international

____________
11-13 Septembre 2017
Paris Musée des arts et Métiers

 

L’action publique est traversée par des intentions  d’anticiper  les situations futures,  pour mieux définir  les décisions à prendre au présent. Face à l’incertitude et aux risques, elle reprend à son compte la pratique scientifique qui consiste à calculer et modéliser ces situations pour mieux anticiper, sinon les prédire. Que le futur  soit objet de connaissance et d’action n’est pourtant pas chose nouvelle. Quelle est la caractéristique du rapport politique contemporain  aux futurs ? Qui prédit, comment et avec quels effets sur les politiques conduites, les controverses qui les entourent, les rapports de pouvoir ?

Comment les différentes pratiques de computation et de prédiction, des modèles computationnels  au traitement algorithmique des données, s’institutionnalisent-elles, ou en viennent  à être contestées, et changent ?

 

Ce colloque international conclut le projet INNOX finance par l’Agence Nationale de la Recherche. Il aura lieu au Musée des Arts et Métiers, du 11 au 13 septembre  2017.

 

Plusieurs conférences plénières seront offertes par :

Claudia Aradau (King’s College London)

Paul Edwards (Stanford University and University of Michigan)

Steve Hilgartner (Cornell University)

 

Des contributions sur la modélisation et la prédiction en matière sanitaire, environnementale, énergétique, climatique, agricole, seront présentées par :

Stefan Aykut (Hamburg University)

Silke Beck (Helmholtz Centre for Environmental Research)

Bilel Benbouzid (UPEM, LISIS) Henri Boullier (IFRIS, CERMES3)  DominiqueCardon (Sciences Po., Medialab) ChristopheCassen (CIRED)

Béatrice Cointe (CIRED) François Dedieu (INRA,  LISIS) David Demortain (INRA,  LISIS) Bruno Dorin (CIRED)

Céline Granjou (IRSTEA)

David Guéranger (Ponts Paris Tech, LATTS)

Pierre-Benoit  Joly (INRA, LISIS)

Francis Lee (Uppsala University)

Adrian Mackenzie (Lancaster University) Martin Mahony (Nottingham University) Grégoire Mallard (IHEID)

Alain Nadai (CIRED)

Sylvain Parasie (UPEM, LISIS)

Dirk Scheer (Karlsruhe Institute  of Technology)

 

INSCRIPTION GRATUITE:
conference@innox.fr

INFORMATIONS PRATIQUES ET PROGRAMME COMPLET DE L A CONFÉRENCE SUR : www.innox.fr

OU AUPRÈS DES ORGANISATEURS :
demortain@inra-ifris.org

Journée d’étude IFRIS : “Les marchés mondiaux des technosciences”, 30 Juin 2017 | Paris Descartes

Journée d’étude IFRIS

« Les marchés mondiaux des technosciences »

Vendredi 30 juin 2017

 

Université Paris Descartes – 45, rue des Saints Pères 75006 Paris

Salle des thèses – Bâtiment Jacob

Equipe organisatrice : Marine Al Dahdah (CEPED), Soraya Boudia (CERMES3), Mina Kleiche-Dray (CEPED), Mathieu Quet (CEPED), Simeng Wang (CERMES3).

 

Inscription obligatoire : marine.aldahdah@ceped.org

 

Programme


/// 9h-9h30 ///  Introduction générale de la journée par Rigas Arvanitis (IFRIS/CEPED), Marine Al Dahdah (CEPED) et Simeng Wang (CERMES3).

/// 9h30-10h30 /// « Les STS ont-elles un Sud ? »
Présentation de David Dumoulin (CREDA-IHEAL), Mina Kleiche-Dray (CEPED) et Mathieu Quet (CEPED), discutée par Kapil Raj (CAK).
/// 10h30-11h ///  Pause-café

/// 11h-12h ///  « ‘Asia’ as a place and category in global biomedicine »

Présentation d’Itty Abraham (National University of Singapore), discutée par Guillaume Lachenal (SPHERE)

/// 12h-13h /// Déjeuner

/// 13h-14h /// « Multinationales et marchés mondiaux des technosciences : contrôles, résistances et débordements »
Présentation de Maurice Cassier (CERMES3), discutée par Joël Ruet (CEPN)

/// 14h-16h /// « Quelles perspectives de recherche sur les marchés mondiaux des technosciences? »
Table ronde animée par Soraya Boudia (CERMES3) avec Jean-Paul Gaudillière (CERMES3), Anne-Marie Moulin (SPHERE), Johanna Siméant (CMH)

 

Présentation de la journée

Le déploiement des études sociales sur les sciences dans des espaces géographiques situés « hors d’occident » a provoqué ces dernières années de nombreux questionnements féconds. Les travaux qui s’en sont saisis ont apporté des éclairages sur la modernité, sur la persistance et le renouvellement des formes de pouvoir et de résistance dans un monde globalisé, sur l’écheveau complexe de technologies et de savoirs qui analysent les sujets dans des flux à la fois locaux, nationaux et transnationaux, publicisés et privatisés, singularisés et standardisés. Plusieurs courants de recherche sont à l’origine d’un tel rapprochement. Les études historiques ont joué un rôle important dans cette rencontre, notamment à travers les travaux pionniers du groupe international « Science et Empire » (Petijean, Jami et Moulin, 1992) ainsi que ceux se réclamant des différents courants de l’histoire globale, transnationale ou connectée (Cook 2007 ; Schaffer, Roberts, Raj et Delbourgo, 2009, Romano 2014) ou ceux mobilisant la notion de Technopolitics (Hecht 2012). De même les études sur les rapports entre sciences et développement, notamment en France  (Waast 1996) et les études analysant les systèmes scientifiques en Amérique latine, Afrique et en Asie ont permis de poser les bases d’une réflexion sur le rôle des technosciences – qui entre science et techniques constituent les dispositifs, les normes, les agencements d’individus selon certaines règles et les processus de standardisation des objets marchands – dans les interactions entre pays classés selon leurs revenus comme indicateurs de leurs niveaux de développement différents. Par ailleurs, les travaux issus des approches postcoloniales ou des études culturelles (cultural studies) ont également questionné les sciences et les techniques, contribuant à faire de la question des technosciences en société l’enjeu d’une « géopolitique des cultures » (Dumoulin, Kleiche-Dray et Quet, en cours). Enfin, plus récemment, des chercheurs du domaine des Science and Technology Studies (STS), en mobilisant souvent une approche ethnographique, ont déroulé leurs recherches dans des aires géographiques et culturelles diverses (Fortun 2001), se référant parfois aux approches postcoloniales et appelant à cesser de cantonner le domaine STS aux pays les plus industrialisés et les plus riches (Anderson, Adams 2008).

Les travaux associés au champ émergent des « études postcoloniales sur les sciences et les techniques » ont défriché de nombreuses pistes qu’il est difficile de résumer succinctement ici. Nous retiendrons que de nombreux travaux ont mis l’accent sur les différentes formes de circulation d’objets matériels, de pratiques et de savoirs, d’acteurs et d’instruments de gestion et le rôle de ces circulations dans des reconfigurations sociales et politiques locales, nationales et transnationales. Plusieurs de ces travaux ont ainsi insisté sur les circulations et les différentes formes de relocalisation à travers lesquelles des pays sous domination impériale ont à la fois servi de site d’expérimentation et fourni des outils de gouvernement employés dans de multiples contextes – les travaux de Keith Breckenridge sur les techniques biométriques et la prise d’empreintes digitales en Afrique du Sud sont révélateurs à cet égard (Breckenridge, 2014) – ou aussi bien des armes d’émancipation comme dans le cas des tests d’ADN ré-appropriés par les familles en Argentine après la dictature (Adams-Smith, 2016). Ils ont soigneusement analysé la diversité des formes à travers lesquelles le nexus des technosciences et du capitalisme est aujourd’hui renouvelé et l’importance du contexte géographique et historique dans lequel celui-ci a lieu, comme le fait Kaushik Sunder Rajan dans ses travaux sur la recherche biotechnologique en Inde (Sunder Rajan 2006; 2017).

De très nombreux autres travaux pourraient être mentionnés pour leur contribution aux avancées du domaine STS et plus généralement à la construction d’une meilleure – plus adéquate, plus juste – prise en compte du global par les sciences sociales dans un monde postcolonial. Une première catégorisation de ces travaux fait émerger au moins deux tendances de fond. D’un côté, une approche « foucaldienne » met en évidence les outils et les logiques du gouvernement des technosciences à l’œuvre dans les rapports Nord/Sud ; de l’autre une approche « latourienne » s’est montrée plus intéressée par la pluralité des épistémologies, des ontologies et la composition des mondes communs à l’œuvre dans les interactions entre différentes cultures, différents savoirs, différents actants. Ces approches, malgré leurs nombreux apports, ont rarement placé au centre de leur analyse les questions économiques, et notamment l’étude de la construction des marchés, inséparable pourtant de l’expansion des technosciences. Plusieurs travaux montrent aujourd’hui l’intérêt de s’interroger sur les reconfigurations scientifiques et techniques à travers lesquelles se déploie la logique capitaliste, en mettant en évidence l’enchevêtrement entre les constructions de marchés, les formes politiques et les tensions géopolitiques (Mitchell 2002 et 2011). Nombre de ces travaux questionnent les nouvelles formes de travail et de “commodification” à l’œuvre sur les marchés, comme par exemple à travers l’émergence de marchés transnationaux des services systémiques (Boisvert, 2015), des produits du sang, des gamètes, de la gestation (Cooper, Waldby,  2014), mais aussi dans le cadre de produits ou de marchés locaux (circuits courts, slow food). D’autres recherches, consacrées souvent aux questions environnementales et énergétiques, en s’inspirant des apports des travaux sur les systèmes-monde (Wallerstein 2004, Amin 1973,) et de ceux de l’écologie politique (Martinez-Alier 2002), tentent de saisir la structuration sur le long terme des inégalités entre différentes régions du monde en étant particulièrement attentifs au rôle des techniques et des flux de matières (Hornborg 2013; Malm 2016).

Dans le cadre de cette journée d’étude, il nous semble pertinent de se pencher sur les liens entre marchés et technosciences dans une perspective mondiale. La perspective STS proposée invite à articuler des approches en termes d’économie politique avec une compréhension matérialiste de la construction des marchés, à travers l’étude de la construction et circulation de savoirs, des matières, des opérations logistiques, de la production de normes techniques et politiques et de systèmes de régulation. Elle invite également à être attentif aux enjeux culturels et politiques de ces constructions (à travers des circulations de personnes, des formes de domination et de résistances, etc.). En outre, il s’agit d’interroger dans quelle mesure les “technoproduits” (Pestre, 2014) de la technoscience montrent une spécificité : en quoi le fait que nous ayons affaire à des « commodités technologiques » (ou produits technomarchands) modifie la façon dont se construit la mondialisation ?

La perspective proposée ici sur les marchés des technosciences vise à approfondir certaines tendances du courant des approches postcoloniales des sciences et des techniques, en soulignant la centralité du marchand dans les interactions aux revenus et niveaux de développement différents, qu’il s’agisse de développement, de politiques d’extraction, d’accaparement des ressources, d’hégémonie scientifique et culturelle. Elle tente cependant de saisir ces questions à travers un prisme attentif aux enjeux politiques et conceptuels propres au domaine des études postcoloniales sur les sciences et les techniques, c’est à dire en tenant compte de l’apport des travaux précédents, venant aussi bien des études sur les rapports science et développement que des approches postcoloniales.

Aussi notre proposition d’une recherche collective sur “les marchés mondiaux des technosciences”  a pour objectif premièrement d’avancer dans l’élaboration d’un programme de recherche commun à partir des questions sur les rapports entre technosciences, marchés, interactions Nords/Suds et globalisation. Deuxièmement, nous souhaitons par la-même contribuer à la construction d’un courant des approches postcoloniales des sciences et des techniques en rassemblant celles et ceux qui portent un intérêt aux asymétries sociales, culturelles, politiques et économiques entre les différentes régions du monde. Cette journée d’étude est donc pensée comme une occasion de faire le point sur les différentes approches qui ont dominé et dominent aujourd’hui les études sociales sur les sciences et les techniques dans des contextes émergents et en développement. Elle vise aussi à faire partager un intérêt pour des courants de recherche plus vastes qui permettraient d’informer les débats, notamment les études culturelles et postcoloniales, l’écologie politique, les études de genre. Un tel passage en revue permettra de mieux dessiner les grandes lignes d’une discussion collective autour des travaux à venir. La proposition d’une recherche collective sur “les marchés mondiaux des technosciences” sera ainsi mise à l’épreuve au cours de la journée d’étude.

 

Références citées

Amin S., (1973), L’Échange inégal et la loi de la valeur, Éditions Anthropos, Paris.

Adams-Smith, L. (2016), “Identifying Democracy. Citizenship, DNA, and Identity in Postdictatorship Argentina”. In Pollock, A. and Subramanian, B. (Eds), Special Issue: Resisting Power, Retooling Justice: Promises of Feminist Postcolonial Technosciences, Science, Technology & Human Values.Vol. 41, Issue 6, p. 1037–1062

Anderson W., Adams V. (2008). “Pramoedya’s Chickens: Postcolonial Studies of Technoscience”. In Edward J. Hackett, Olga Amsterdamska, Michael Lynch, and Judy Wajcman (Eds.), The Handbook of Science and Technology Studies, (181-204). Cambridge MA: MIT Press

Cook H. (2007), Matters of Exchange: Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age. New Haven and London: Yale University Press

Breckenridge K., (2014), Biometric State. The Global Politics of Identification and Surveillance in South Africa, 1850 to the Present, Cambridge University PressCooper M., Waldby C., (2014), Clinical Labor: Tissue Donors and Research Subjects in the Global Bioeconomy, Duke University Press

Dumoulin, D., Kleiche-Dray, M. et Quet, M. « Les STS ont-elles un Sud ? Penser les sciences dans/avec les Suds, RAC, en cours de publication

Fortun, K. (2001), Advocacy After Bhopal: Environmentalism, Disaster, New Global Orders, Chicago: University of Chicago Press

Hecht G. (2016), Uranium africain, une histoire globale, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers Historique », (1ère version en anglais 2012).

Hornborg A. (2013), Global Ecology and Unequal Exchange. Fetishism in a zero-sum world, Londres, Routledge

Martínez Alier, J. (2014). L’écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde, Paris, Les petits matins, (1ère version en espagnol 2002)

Malm A. (2016), Fossil Capital. The Rise of Steam-Power and the Roots of Global Warming, Londres, Verso

Mitchell T. (2002),  Rule of Experts. Egypt, Techno-Politics, Modernity, Berkeley, CA: The University of California Press

Mitchell T (2011). Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil, Verso, Londres

Petitjean P., Jami C. et Moulin, A.-M. (eds.) (1992). Science and Empires, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers

Pestre D. (2014). Introduction. Du gouvernement du progrès technique et de ses effets, in Pestre D. (dir.) Le gouvernement des technosciences, Paris, La Découverte

Romano A., « Des sciences et des savoirs en mouvement : réflexions historiographiques et enjeux méthodologiques », Diasporas, 23-24, 2014, 66-79.

Schaffer S., Roberts L., Raj R. et Delbourgo J., The Brokered World: Go-betweens and Global Intelligence 1770-1820, Sagamore Beach MA, 2009

Sunder Rajan K. (2006), Biocapital. The Constitution of Postgenomic Life, Durham & London, Duke University Press

Sunder Rajan K., (2017), Pharmocracy: Value, Politics, and Knowledge in Global Biomedicine, Duke University Press

Waast R., (dir.) (1996), Les sciences hors d’Occident au XXe siècle, 7 tomes, Paris : ORSTOM Editions : On-line sur la Base Horizon Pleins textes, http://horizon.documentation.ird.fr

Wallerstein I. Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Editions de La Découverte, 2006 (1ère version en anglais 2004)

 

Programme au format PDF ici

Matinale de l’IFRIS “La climatisation du monde”, 1er Juin 2017 de 09h30 à 11h00 | CNAM

Les Matinales de L’IFRIS

“La climatisation du monde” 

1er Juin 2017 de 9h30 – 11h00

L’Institut Francilien Recherche Innovation Société (IFRIS), avec le soutien du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) et de l’université Paris-Est (UPE), a le plaisir de vous convier à la prochaine séance de sa Matinale. Conçus comme un lieu de débats et de confrontations d’idées autour de résultats de recherche et de publications récentes, ces rendez-vous mensuels sont l’occasion de rencontres privilégiées, et parfois inattendues, entre les chercheurs de l’IFRIS et différents types d’acteurs (académiques, journalistes, responsables de l’administration, membres de la société civile, …).

La Matinale du 1er Juin 2017 aura pour thème : “La climatisation du monde” autour de la publication de l’ouvrage “Globalising the Climate: COP21 and the climatisation of global debates », sous la direction de Stefan Aykut, Jean Foyer et Edouard Morena, publié chez Routledge (2017)

Souvent présenté comme la dernière chance historique d’éviter un changement climatique planétaire catastrophique, la 21ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) fut un sommet global d’une ampleur exceptionnelle. Rassemblant des négociateurs, des scientifiques, des journalistes et des représentants de la société civile globale, elle a aussi constitué un poste d’observation privilégié pour étudier la gouvernance environnementale globale « en train de se faire ».

Cet ouvrage propose au lecteur un aperçu original sur l’état actuel du champ de la gouvernance globale du climat. S’appuyant sur un projet de recherche collaborative porté par une équipe multidisciplinaire de vingt chercheurs spécialistes de la gouvernance environnementale, ce livre prend la COP21 comme point d’entrée pour analyser les transformations en cours de la politique du climat global, et plus généralement examiner l’impact du changement climatique sur les débats globaux. Le livre a trois objectifs essentiels :

  1. Analyser la gouvernance globale du climat à travers une combinaison d’analyses de long terme et d’observations in situ
  2. Identifier et analyser les espaces-clés de participation au débat global sur le climat
  3. Examiner la «climatisation» d’une série de domaines importants, parmi lesquels le développement, l’énergie, la sécurité et les migrations

Après une présentation de l’ouvrage par Jean Foyer, sociologue à l’Institut des Sciences de la Communication (CNRS) et Hélène Guillemot, chercheuse au Centre Alexandre Koyré, le débat sera introduit par Amandine Orsini, de l’Université Saint-Louis (Bruxelles) et Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart.

L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire : kevin.agblo@u-pem.fr

Accès :
Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Salon d’honneur (accès 37.1.50) plan d’accès
2, rue Conté – 75003 PARIS (Métro Arts-et-Métiers, lignes 3 et 11)

Programme de la Matinale de L’IFRIS du 1er Juin

Science, Technology and Innovation indicators – STI 2017 | 6 – 8 Septembre 2017 – Paris

 

Open indicators: innovation, participation and actor-based STI indicators

Paris 2017

6 – 8 September 2017

Location : ESIEE Paris

Paper Submission (Templates : Short paperResearch in progressPoster)

The 2017 STI conference addresses the new issues and challenges that have appeared in Science, Technology and Innovation indicators. We are witnessing sharp changes in the recent years: new areas of knowledge are appearing, new types of objects need to be taken into account, new methodologies and visualisations have been proposed, a combination of different policy interests emerging from a large variety of social actors modify the demands addressed to indicators. Most of these challenges relate to profound changes in the way science, technology and innovation relate to society; indicators — necessarily— reflect these changes, taking into account the needs and strategies of the many different actors involved.

The conference will be the opportunity to showcase results from the intense work done in recent years on the way science, technology and innovation indicators are used in relating social actors to science and technology. The range of relations between science and society has been expanded into a dizzying array of forms that include a large variety of knowledge producing activities such as: open science and open innovation, collaborative projects that include social actors, crowdsourcing in large digital platforms, the inclusion of local and “indigenous” knowledge in development programmes, closer connections between users and producers of scientific and technological devices, a growing digitalisation, a shifting balance between productive and ‘access to market’ activities, new developments such as the sharing economy, crowdfunding, responsible innovation, technology ‘makers’ and ‘do-it-yourself’ movements… They drive to new governance issues, but also to new requirements for indicator designers and multiple experiments that the conference should discuss.

Participatory research programmes, combined with active civil society organizations, promote a need for debates and more democratic decision-making processes. Expertise can no longer be limited to top-down application of scientific knowledge and indicators should reflect and contribute to this democratic move. How can and do indicators get involved into this democratic move? How is this enlarged participation of actors into the definition and shaping of indicators changing the modalities of their construction?

Moreover, following last year’s central theme on peripheries, STI 2017 will interrogate broadly the evolving geography of ST&I, the impacts of the concentration of ‘new dominant’ sciences in large metropolitan areas, the expanding and diverse forms of international collaborations, all of which impose both methodological developments and new global strategies.

These objectives include new methodological developments, new methods in data processing, sharing, analysis and use, including the management of large data in a large variety of forms. Indicators, today, require not only larger databases, but also the mastering of shared technologies and collaborative technologies. Of interest are the possibilities of enlarging indicators through the use of open data.

The Conference will thus propose to engage in stimulating exchanges around these new developments concerning actor-based indicators, in a large variety of sectors from scientific and technological production, to innovations in service sectors such as tourism, leisure and culture, health, ageing, or food catering, to non-technological and organizational innovations. It will open the debates on the democratic uses of STI indicators and the specific challenges participation of a wider range of actors pose to the construction of sound, meaningful and robust indicators.

Click here for more information

Globalising the Climate: COP21 and the climatisation of global debates

de Stefan C. Aykut, Jean Foyer et Edouard Morena

Frequently presented as a historic last chance to set the world on a course to prevent catastrophic climate change, the 21st Conference of the Parties to the Climate convention (COP21) was a global summit of exceptional proportions. Bringing together negotiators, scientists, journalists and representatives of global civil society, it also constituted a privileged vantage point for the study of global environmental governance “in the making”.

This volume offers readers an original account of the current state of play in the field of global climate governance. Building upon a collaborative research project on COP21 carried out by a multidisciplinary team of twenty academics with recognised experience in the field of environmental governance, the book takes COP21 as an entry point to analyse ongoing transformations of global climate politics, and to scrutinise the impact of climate change on global debates more generally. The book has three key objectives:

  1. To analyse global climate governance through a combination of long-term analysis and on-sight observation;
  2. To identify and analyse the key spaces of participation in the global climate debate;
  3. To examine the “climatisation” of a series of crosscutting themes, including development, energy, security and migration.

This book will be of great interest to students, scholars and policymakers of climate politics and governance, international relations and environmental studies.

Reviews:

“Aykut, Foyer and Morena have produced a unique volume of rich case studies on the performative function of COP21 in Paris. It drives forward our understanding, in new and unexpected ways, of how the idea of climate change alters political, social and cultural worlds, just as importantly as a changing physical climate is altering the material world. These 200 pages are an important complement to the 3000 pages of the last IPCC report.” – Mike Hulme, Professor of Climate and Culture, King’s College London, UK

“Globalising the Climate brings together ten fascinating and original takes on key under-discussed elements of the climate change issue and the 2015 Paris negotiations in particular. The volume also brings central Francophone debates to English language readers—an overdue and much-needed contribution.” – J. Timmons Roberts, Ittleson Professor of Environmental Studies and Sociology, Brown University, USA

“Only the ethnographic method could give us such a remarkable view of what is arguably the most important diplomatic event since the birth of the United Nations. The authors’ descriptions give a vivid understanding of the conundrum of climate diplomacy: it is supposed to cover the whole globe and yet it reduces the globe to a tiny set of documents and issues inside small closed rooms and local events. This is political anthropology at its best.” – Bruno Latour, Professor, Sciences Po Paris, France

“In combining critical analysis and ethnographic fieldwork, Globalising the Climate provides the reader with unique insights into climate governance in-the-making and valuable examinations of the many ways in which the warming climate transforms other global debates. Thought-provoking and timely.” – Oliver Geden, Stiftung Wissenschaft und Politik, Berlin, Germany

Ecole Thématique de l’IFRIS 2017, 12-15 juin 2017 | Marseille

Appel à participation à l’École Thématique de l’IFRIS

 

Sciences citoyennes ?

 

Technologies, politiques et pratiques de la participation

  

Marseille, 12-15 juin 2017

 

Porté par les STS dès les années 1970, le projet de démocratisation des sciences et technologies et des choix qui leurs sont liés a pris des formes différentes. Il y a plus de vingt ans, les « forums hybrides » (Callon Rip 1992) ont émergé comme une forme innovante et convaincante de « démocratie technique » (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001). Ils ont très tôt dû faire face à la critique de « l’impératif délibératif » (Blondiaux, Sintomer, 2002 ; Pestre 2007), et au projet de réinstaurer la distinction entre experts et publics (Collins, Evans, 2002). Après deux décennies, les premiers dispositifs participatifs, telles les conférences de citoyens, avec leurs promesses de construction de mondes communs et de choix de développements technologiques partagés, ont au mieux accouché d’un monde d’intermédiaires, de quasi-ingénieurs de la participation hic et nunc, vendeurs de designs portables et standardisés. Par certains aspects, la participation en est restée à l’état d’idéal démocratique, à l’institutionnalisation limitée. La participation apparaît presque davantage comme une technologie de gouvernement pour faire face à un ensemble de conflits et controverses publiques sur les sciences et technologies (nanotechnologies, OGM, déchets radioactifs…) dans le cadre de l’essor d’une gouvernance incluant les différentes parties prenantes. Elle est aussi présente, dans des formes plus directement liées à la conception, dans la définition de pratiques d’innovations ouvertes dans les entreprises.

Aujourd’hui cependant, sous la rubrique des sciences citoyennes ou des sciences participatives semblent aujourd’hui s’épanouir de véritables success stories, recensées dans un rapport récent sur « Les sciences participatives en France ». Derrière les catégories de « science citoyenne », de « data citizenship », d’épidémiologie populaire, de FabLab, Living Labs, et autres tiers lieux, plates-formes d’échanges ou de dispositifs d’inclusion des savoirs autochtones, s’étale un ensemble diversifié d’initiatives et d’activités, plus ou moins organisées et formalisées, dans lesquelles sont engagés des « non-experts », contribuant (à des niveaux et des degrés variés) aux processus de mise à l’agenda, de prise de décisions, de conception de politiques et de production de connaissances à propos de la science et de la technologie.

En somme, si la participation aux décisions et aux politiques de la science et de l’innovation semble être limitée, la participation à la production de données et de connaissances semble bel et bien vivante.

Cette saison de l’Ecole Thématique IFRIS est l’occasion de (re)visiter les formes et enjeux de production participative et inclusive de savoirs scientifiques et techniques, dans leur diversité, d’analyser leur renouvellement, les permanences et les discontinuités, en prenant au sérieux les questions qu’elle pose à l’étude des science et des techniques : pourquoi et comment se réinvente la participation ? Quelles sont les différentes politiques d’inclusion mais aussi d’exclusion dans la production des savoirs et dans la décision publique ? Peut-il y avoir institutionnalisation de la participation sans instrumentalisation de publics ? Comment les nouveaux outils techniques numériques transforment ces questions ? Comment la temporalité et les expériences cumulées transforment les relations entre acteurs ? Comme les STS, dans leur version européenne et américaine, se saisissement de ces problématiques et quels en sont les effets conceptuels et politiques ?

L’Ecole est ouverte aux doctorants et post-doctorants qui travaillent dans les domaines de recherche de l’IFRIS et des équipes du LabEx SITES : STS, histoire, sociologie et anthropologie des sciences et des techniques, économie et gestion de l’innovation et des politiques de recherche, droit des sciences et des techniques. Elle se composera d’exposés de conférenciers invités, d’ateliers de lecture et de discussion de textes importants pour la réflexion commune sur le thème, ainsi que d’exposés de doctorants et de post-doctorants sur leurs objets de recherche.

Les doctorants et post-doctorants souhaitant participer à cette École Thématique sont invités à soumettre une proposition (d’une page maximum) résumant l’objet de leur communication. Les propositions qui s’attachent à traiter des aspects liés à la thématique de la participation sont particulièrement bienvenues, même si cela ne constitue en rien une obligation pour participer à l’École Thématique.

Les participants seront sélectionnés sur la base des résumés envoyés au plus tard le 9 avril 2017.

Les textes des communications devront être envoyés avant le 28 mai  2017.

Contact : Julie Rust (rust@ifris.org)

Page 1 sur 712345Dernière page »
TOP