Actualités

Séminaire Expertise citoyenne et action publique « L’agroécologie : un champ de recherche participative » – mardi 4 mai 2021 à 14h en ligne

La cinquième séance du séminaire Expertise citoyenne et action publique intitulée « L’agroécologie : un champ de recherche participative » aura lieu en visioconférence le mardi 4 mai 2021 entre 14h et 16h30 (présentation ci-dessous).

Les intervenant.e.s sont : 

  • Isabelle Goldringer, Directrice de recherche, CNRS-INRAE-Université Paris-Saclay-AgroParisTech, GQE-Le Moulon

  • Pierre Rivière, collectif Mètis

  • Stéphanie Klaedtke, Chargée de missions Semences et santé des plantes, Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation Biologiques (ITAB)

Les interventions d’une durée de 20 minutes chacune seront suivies d’une discussion collective.

Le séminaire est ouvert à tou.te.s, et sur inscription en envoyant un message à l’adresse suivante : seminaire-exciap@protonmail.com. Le lien de la visioconférence vous sera envoyé après votre inscription.

Présentation de la séance :
Entendue comme un ensemble de pratiques fondées sur la co-production des savoirs entre des chercheurs scientifiques et des groupes concernés par une problématique de recherche, la recherche participative s’est déployée dans différents champs sociaux en France, et tout particulièrement dans celui de l’agroécologie depuis les années 1990.

L’agroécologie témoigne en effet d’un nombre important de collaborations entre des chercheurs et techniciens d’une part et des paysans et leurs organisations d’autres part dans la production de nouveaux savoirs. Dans le cadre des recherches participatives, les paysans ne sont pas uniquement mobilisés dans le processus de recherche pour fournir une parcelle accueillant une expérimentation en plein champ conçue par les seuls chercheurs et techniciens. Ils s’y impliquent par l’introduction de leurs savoirs d’expérience et d’action en intervenant à différentes étapes, parfois même dès la phase d’identification et de formulation d’une question de recherche. En matière d’agroécologie, la démarche des recherches participatives se fonde alors sur un objectif qui dépasse le seul accroissement des savoirs scientifiques pour viser également un soutien aux pratiques professionnelles et collectives concernées et à l’émergence de conceptions alternatives des rapports entre production alimentaire et société.

À partir de trois perspectives différentes, la 5ème séance du séminaire Expertise citoyenne et action publique s’intéresse aux modalités de réalisation des recherches participatives en matière d’agroécologie par la mobilisation des savoirs d’expérience et d’action détenus par les paysans et leurs organisations. Elle cherche également à interroger leur apport pour l’évolution des pratiques des paysans et de leurs organisations mais également pour le renforcement de l’expertise qu’ils détiennent et qu’ils mobilisent pour faire advenir des changements socio-politiques.

Le comité d’organisation :
Laura Barbier, Cermes3, Université de Paris
Cyril Fiorini, HT2S, CNAM
Saliha Hadna, HT2S, CNAM
Justyna Moizard-Lanvin, Cermes3, EHESS pour le comité d’organisation. 
Contact : seminaire-exciap@protonmail.com
Carnet hypothèses : https://exciap.hypotheses.org 

Affiche

The REvaluation 2021 Conference 18-19 November 2021 in Vienna, Austria – Call for contributions deadline May 31, 2021

Call for Contributions launched!

The REvaluation 2021 Conference is jointly organised by Fraunhofer ISI, IFRIS and the Austrian Platform for Research and Technology Policy Evaluation. It will take place as live as possible, 18-19 November 2021 in Vienna, Austria.

This largest conference in Europe dedicated to R&I policy evaluation invites submissions of extended abstracts and outlines for posters or multi-media contributions to share methodological advances in R&I policy evaluation and to debate challenges of assessing the transformative relevance and impact of new R&I policies as well as their implications for evaluation theory and practice.

Contributions can be made to one or more of the four dedicated topical strands:

  • Strand #1 concerns all developments that have taken place and on all types of effects of R&I policies.
  • Strand #2 puts a spotlight on the effects of the COVID-19 crisis on R&I policy, in particular on awarding practices.
  • In Strand #3 we ask how to conceptualise and assess the resilience of R&I systems and their contributions to more resilient economies and societies.
  • Strand #4 deals with the nature and the evaluative challenges and practices of transformative oriented R&I policy.

The detailed descriptions of the conference strands can be found here: https://www.revaluation2021.eu/topics/

Submit your extended abstract or outline for a poster or multi-media contribution until May 31, 2021.

All information on the Call: https://www.revaluation2021.eu/call-for-contributions/

Visit the conference Website 

REvaluation’21 Conference News | Call for Contributions (mailchi.mp)

[Séminaire d’histoire de l’informatique]- « Cableporn et spaghetti, grammatisation et prolétarisation des gestes techniques dans l’univers du data center »- Jeudi 8 avril 2021 à 14h30 en ligne

Musée de l’Informatique et du Numérique

Le jeudi 08 avril 2021, de 14h30 à 17h00, Guillaume Carnino ( COTECH) et Clément Marquet ( Post-Doc IFRIS, COTECH ) présenteront :

« Cableporn et spaghetti, grammatisation et prolétarisation des gestes techniques dans l’univers du data center »

Des passionnés de connectique aux opérateurs formés sur le tard après déscolarisation, les techniciens dans l’univers du data center voient leur métier largement recomposé aujourd’hui, à l’heure où les professions qui y sont associées sont (re)définies par la taille même des infrastructures impliquées. Le câblage et sa normalisation sont ainsi l’une des sources premières d’investigation et d’interrogation de la part des professionnels du data center. Cette communication, ouvrant un chantier de recherche inédit dans notre enquête consacrée au monde des data centers, se focalisera sur le geste technique, sa formalisation, son apprentissage et les conséquences sociopolitiques de son industrialisation.

Anciennement ingénieur informaticien, Guillaume Carnino est aujourd’hui maître de conférences en histoire des sciences et techniques. Dix-neuviémiste, il s’intéresse aux fondements épistémologiques et industriels de la technologie, et plus largement contemporanéiste, il travaille sur l’histoire de la quantification et de l’informatique, notamment des data centers. Il a publié L’Invention de la Science. La nouvelle religion de l’âge industriel et coordonné une Histoire des techniques. Mondes, sociétés, cultures, xvie-xviiie siècles (avec Liliane Hilaire-Pérez et Aleksandra Kobiljski), ainsi que leProjet de technologie générale. Johann Beckmann et l’histoire de la technologie (avec Joost Mertens, Liliane Hilaire-Pérez et Jochen Hoock).

 

Après une thèse de sociologie à Télécom Paris, Clément Marquet est aujourd’hui postdoctorant au laboratoire Costech de l’Université de Technologie de Compiègne, sur une bourse de l’IFRIS (Institut Recherche Innovation Société). Ses recherches portent sur les processus d’industrialisation à l’œuvre dans le déploiement des data centers et les conséquences environnementales de la prolifération des technologies numériques

Cette séance s’effectuera par visio-conférence.

Le lien pour y assister vous sera envoyé personnellement la veille de l’intervention après inscription obligatoire auprès de : isabelle.astic@lecnam.net

Séminaires – Musée de l’Informatique et du Numérique (musee-informatique-numerique.fr)

[France Culture] – Environnement : le nucléaire est-il devenu notre seule planche de salut? – Sezin Topçu (IFRIS, CNRS, EHESS)

Nous retrouvons Sezin Topçu (IFRIS, CNRS, EHESS) sur France Culture qui nous parle de l’évolution , en un an, des mentalités autour de la question du nucléaire en France.

Pour ceux qui, il y a un an, applaudissaient à la fermeture de la centrale de Fessenheim, le réveil est difficile.

En un an, l’ambiance autour de l’énergie nucléaire a changé : aujourd’hui hommes politiques de gauche et de droite signent des tribunes pour défendre le patrimoine nucléaire français ; des associations écologistes défendent le nucléaire comme énergie décarbonée et le président de le République a affirmé que notre avenir énergétique passait par le nucléaire.

Que s’est-il donc passé ?

Environnement : le nucléaire est-il devenu notre seule planche de salut ? (franceculture.fr)

Les Débats du CAK « Le design est-il une science ? ». Débat avec Anne-Lyse Renon (Université de Rennes 2, CAK, Head-Genève) – 14/04/2021

Mercredi 14 avril 2021

Le design est-il une science ?

Débat avec Anne-Lyse Renon (Université de Rennes 2, CAK, Head-Genève) autour de son ouvrage :

Design & Sciences
Grenoble, Presses Universitaires de Vincennes, 2020

Discutantes : Elsa de Smet (IRIS OCAV, PSL) et Madeleine Akrich (Mines Paris Tech, CSI i3)

Format : à définir

Programme : Koyré : Les Débats du CAK, saison 15 (mars – juin 2021)

Comité d’organisation
Alice Jourdan (EHESS, CAK), Emanuel Bertrand (ESPCI Paris-PSL, CAK), Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK), Rafael Mandressi (CNRS, CAK), Anne Rasmussen (EHESS, CAK) et Antonella Romano (EHESS, CAK).

Séminaire du LISIS « Pour une histoire des symbioses énergétiques et matérielles » – 12/04/2021

Le séminaire LISIS du 12 avril  2021 «  Pour une histoire des symbioses énergétiques et matérielles» sera présenté par Jean-Baptiste FRESSOZ (CRH – CNRS/EHESS).

Résumé :

Dans les années 1980, au moment où une nouvelle vague de charbon déferlait sur le monde, la transition devint la grande préoccupation des historiens de l’énergie. Il faut voir dans ce paradoxe l’influence de la prospective énergétique très en vogue depuis les années 1970. Le discours de la transition qui émerge dès l’après-guerre dans le milieu des malthusiens atomistes est reprise par les futurologues qui pensent l’avenir énergétique des USA après les chocs pétroliers. Si cette notion n’est pas un bon descripteur du passé ? c’est que ce n’était tout simplement pas son but initial. Et si elle a séduit les historiens c’est qu’elle leur donnait une certaine importance : en parlant la langue des technocrates, des pans entiers de l’historiographie (l’histoire économique, l’histoire des techniques, la révolution industrielle) semblaient soudainement acquérir une grande pertinence pour penser les défis du futur. Le problème est que cette notion ne rendait pas du tout compte de la nature cumulative et symbiotique du passé énergétique et matériel. Elle permettait par contre d’imaginer une économie décarbonée comme la suite voire l’aboutissement d’un majestueux processus historique amorcé il y a deux siècles. Le problème de la « transition énergétique » est qu’elle projette un passé qui n’existe pas sur un futur qui demeure encore  fantomatique.

[Séminaire du LISIS]-Jaron Harambam (Assistant Professor of Participatory AI at the Athena Institute of the Vrije Universiteit Amsterdam) : Corona Madness? Why taking conspiracy theories seriously fosters innovation in truth politics – le 04/04/22 à 14h au LISIS

Séminaire du LISIS le 04/04/22 à 14h au LISIS et en visio

Jaron Harambam (Assistant Professor of Participatory AI at the Athena Institute of the Vrije Universiteit Amsterdam) : Corona Madness? Why taking conspiracy theories seriously fosters innovation in truth politics

 

Résumé
In today’s mediatized information landscape, official truths provided by mainstream epistemic authorities are increasingly challenged by various actors and from diverse pockets of society. Whether we speak about climate change, terrorist attacks or the current corona crisis, various forms of alternative truths and conspiracy theories circulate in both off- and online social networks. At the center of these post-truth dynamics lies a crisis of trust: distrust in our epistemic authorities and in reliable knowledge. In this talk, I will draw on years of ethnographic research in the Dutch conspiracy milieu to elaborate on the question what conspiracy theories are about, who the people are that adhere to those, and how we can understand their contemporary popularity. Instead of the common reaction to restore Truth through debunking, fact-checking, and content-moderation, I explore alternatives to dealing with the contemporary truth wars in ways that are both epistemologically stronger and sociologically more effective. Building from research and experiments with epistemic democracy in the field of science and technology studies, I propose to have “deliberative citizen knowledge platforms”, instead of elite experts groups alone, assess the quality of public information.
Bio
Jaron Harambam (Ph.D.) is Assistant Professor of Participatory AI at the Athena Institute of the Vrije Universiteit Amsterdam, The Netherlands. His research deals with conspiracy theories, news and platform politics, and AI (content moderation, search/recommender systems). His book « Contemporary Conspiracy Culture: Truth and Knowledge in an Era of Epistemic Instability » is out at Routledge. He is editor-in-chief of the open-access Dutch-Belgian peer-reviewed journal Tijdschrift Sociologie, and member of the European network of scholars working on conspiracy theories, COST COMPACT.

[Cycle COVID]- Séminaire de l’EHESS « L’événement de la Covid-19 au crible des sciences sociales de la santé » – jeudi 11 mars 2021 – en ligne

La prochaine séance du séminaire de l’EHESS « L’événement de la Covid-19 au crible des sciences sociales de la santé : temporalités, quantifications et catégories «  aura lieu 
jeudi 11 mars, de 15 à 18 h, en visioconférence.
 
Elle aura pour thème :
Les enjeux d’un test. Pénurie, bricolage et politique du diagnostic de Covid-19 en France
Pour y prendre part, veuillez vous inscrire sur ListSem (https://listsem.ehess.fr/– UE 952), ou nous contacter pour recevoir le lien vers la plateforme BigBlueButton.
 
La séance proposera une réflexion, à partir des sciences sociales, sur les enjeux de la question des tests biologique de diagnostic, dans le cas du SARS-Cov-2.
 
Dans un premier temps, Ilana Löwy présentera une lecture de Ludwik Fleck (Genesis and Development of a Scientific Fact, 1935) pour éclairer la « genèse des faits diagnostiques et épidémiologiques » dans le cas de la Covid-19.
 
Dans un deuxième temps, Luc Berlivet, Jean-Paul Gaudillière et Ilana Löwy (avec Claire Beaudevin) présenteront les résultats de l’enquête d’histoire, sociologie et anthropologie de la médecine et des sciences qu’ils ont menée au Cermes3 sur la configuration française de la politique de dépistage et des enjeux du test diagnostique dans l’épidémie de Covid-19, au premier semestre 2020.
 
Ces deux temps du séminaire donneront lieu à discussion.
Le programme de l’année est ici : https://enseignements.ehess.fr/2020-2021/ue/952

Equipe d’organisation du séminaire :

Catherine Cavalin, Anne Rasmussen, Frédéric Vagneron

Séminaire (Dé) Faire l’industrie – Séance 11 : Résister à l’industrialisation – Jessica Pourraz (Post-doc à l’IFRIS, Ceped) – 17/03/21

Prochaine Séance 11 du 17 mars 2021 à 13h aura pour thème 

« Résister à l’industrialisation » présenté par Jessica Pourraz (post-doc à l’IFRIS, Ceped)

Attention ! Inscription obligatoire au séminaire via LISTEM

En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant (une demande est nécessaire pour chaque séminaire auquel vous souhaitez participer, merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant le début de la première séance) :

Notre séminaire aura une capacité d’accueil en présentiel de 9 personnes maximum, la priorité pour y assister physiquement sera donc donnée aux étudiants validant le séminaire

Equipe organisatrice :
Marine Al Dahdah (CEMS), Mathieu Baudrin (CSI),
Clément Marquet (COSTECH) & Benjamin Raimbault (CERMES3)

La prolifération des technologies – notamment des technologies de l’information – a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère postindustrielle: transformations du travail (fin de la classe ouvrière et mort lente du salariat dans les pays occidentaux), centralité de l’innovation, essor d’une économie de services et de biens immatériels, individualisation des besoins et des biens.

Cependant, plutôt qu’une sortie d’un paradigme industriel, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations des sociétés contemporaines (Veltz 2017, Musso 2018). En partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire, elle prospère et se transforme, les auteurs cherchent à désenclaver l’industrie comme objet et catégorie d’analyse et à briser la linéarité implicite des analyses post-industrielles (Touraine 1967, Rifkin 2000, Moulier-Boutang 2007).

Ce séminaire propose d’étudier les mutations des formes de l’industrie, au
travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment
l’intégration des technologies de l’information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu’est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d’industrialisation ?

Programme du séminaire 

⬆️