Actualités

Soutenance de  thèse d’anthropologie de Robin Mugnier (MNHNP)-Mercredi 7 décembre à partir de 14h00

Soutenance de  thèse d’anthropologie de Robin Mugnier (MNHNP) menée sous la direction d’Élise Demeulenaere (CAK-CNRS) et Denis Couvet (CESCO-MNHN), et intitulée :

Symbioses Précaires

Modernisation agro-écologique, pollinisation et mises au travail de l’abeille domestique en vallée du Rhône

aura lieu le mercredi 7 décembre à partir de 14h00 à l’amphithéâtre Rouelle du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris (Bâtiment de la Baleine, entrée au 57 rue Cuvier – Paris 5e : voir le plan ici) ainsi qu’en visioconférence. Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes amicalement convié·e·s. Lien de connexion zoom en demande par mail : robin.mugnier@mnhn.fr

Composition du Jury :

Elsa FAUGÈRE – Chargée de recherche à l’INRAE, UR Écodéveloppement (Rapportrice)

Céline GRANJOU – Directrice de recherche à l’INRAE, LESSEM (Rapportrice)
Frédéric GOULET
– Chercheur au CIRAD, UMR Innovation (Examinateur)
Sophie HOUDART
– Directrice de recherche au CNRS, LESC (Examinatrice)
Birgit M
ÜLLER – Directrice de recherche au CNRS, LAP (Examinatrice)

Résumé :

En suivant les abeilles domestiques dans les différents sites où elles sont mises au travail comme pollinisateur des cultures, cette thèse propose de s’intéresser au « service de pollinisation ». Il consiste pour les entreprises et les agriculteurs, à louer des colonies d’abeilles à des apiculteurs professionnels pour les installer proches des cultures et ainsi améliorer la fécondation et le rendement. À partir d’une enquête ethnographique menée en vallée du Rhône auprès des acteurs de ce service – apiculteurs, agriculteurs, firmes semencières, techniciens et scientifiques agronomes – cette thèse décrit la recomposition de leurs relations, mais aussi les pratiques et savoirs pour optimiser l’abeille dans sa fonction de pollinisation. À cette fin, cette recherche mobilise les approches des ethnographies multiespèces, l’anthropologie des mondes apicoles et agricoles et les Sciences and Technology Studies. Suivre la pollinisation dans ses applications agricoles montre comment elle est actuellement valorisée dans le contexte de la modernisation agro-écologique, laquelle appelle à profiter des services rendus par la nature pour reconfigurer le modèle productiviste, à la croisée d’une intensification de la production et d’une écologisation des pratiques. Un terrain d’entente s’élabore entre les acteurs apicoles et agricoles autour de l’opportunité de mettre au travail les abeilles en tant que pollinisateur pour faire advenir cette nouvelle modernité agricole. Mise au travail des êtres vivants et modernisation agro-écologique seraient ainsi mutuellement bénéfiques : un constat que cette thèse questionne de manière critique. Elle défend que les différentes pratiques et réseaux impliqués dans la pollinisation entrent en conflit sur la manière de mettre au travail l’abeille. Ils mettent en acte plusieurs ontologies de l’abeille en tant que pollinisateur. Il existe en effet de multiples manières de définir ce service, cette relation écologique et les propriétés de ce que les abeilles doivent être, ce qu’elles font et doivent faire, et dans quelles conditions. Surtout, la modernisation agro-écologique, par la mise au travail, accroît la précarité des existences. Ce service marchand est ainsi parcouru par de multiples tensions. Tout d’abord dans les relations professionnelles, où des rapports de force cherchent à imposer des visions de l’agriculture, des formes de confiance, des plaidoyers politiques, des modes de coordination, des stratégies de pacification ou encore des qualifications marchandes. On retrouve aussi ces instabilités au cœur même des agencements où la pollinisation est concrètement mise en œuvre puisque les acteurs apicoles et agricoles n’attendent pas la même chose de la pollinisation. L’abeille y apparaît définie par différentes propriétés ontologiques : être vulnérable et surmené par la mise au travail dans des écologies épuisantes ; vecteur d’un flux de pollen, tantôt bénéfique, tantôt source de pollution génétique ; butineuse au comportement efficace et standardisable malgré sa complexité. Les relations entre apiculteurs et agriculteurs, abeilles et plantes cultivées, modernisation agro-écologique et mise au travail, qualifiées par les acteurs de « nouvelle symbiose » au service de l’agriculture, apparaissent comme relativement précaires.

Sortie de l’ouvrage « Pesticides Le confort de l’ignorance » de François Dedieu (INRAe, LISIS)

Depuis soixante ans, les dangers des pesticides pour la biodiversité et la santé sont avérés. Alors pourquoi notre modèle agricole et alimentaire reste-t-il toujours dopé aux pesticides ? Les Monsanto Papers l’ont montré, les lobbyistes du secteur entretiennent savamment le doute quant à la gravité de leurs impacts environnementaux et sanitaires. Mais l’influence des industriels n’est que la face émergée d’une machinerie plus vaste de production de l’ignorance, reposant moins sur la manipulation que sur un déni collectif favorisé par les protocoles officiels de l’évaluation des risques. Face à l’ampleur des données et des dangers potentiels, il devient plus confortable d’ignorer des pans entiers de la connaissance plutôt que d’assumer le vertige de leurs conséquences sur notre modèle agricole.

Au terme de ce voyage inédit au cœur de la fabrique de l’ignorance, l’auteur apporte des pistes et réflexions pour accélérer la transition vers une agriculture affranchie des pesticides.

François Dedieu est sociologue à l’INRAE, au Laboratoire interdisciplinaire science innovation sociétés (Lisis). Expert pour l’ANSES, il enseigne notamment à Sciences Po Paris et à l’École des ponts et chaussées.

https://www.seuil.com/ouvrage/pesticides-francois-dedieu/9782021473490

Livre Francois Dedieu Pesticide (1)

Séminaire « Le soin des choses, politiques de la maintenance »avec Jérome Denis et David Pontille

Le Mardi 29 novembre 2022 de 18h à 20h, le laboratoire HT2S du CNAM (Histoire des Technosciences en Société) vous invite à une rencontre avec Jérome Denis et David Pontille autour de leur ouvrage publié aux éditions la découverte en octobre 2022: « Le soin des choses, politiques de la maintenance »<https://www.editionsladecouverte.fr/le_soin_des_choses-9782348064838>.

Cette rencontre sera l’occasion d’une présentation du livre suivie d’une discussion sur les politiques de la maintenance.

Jérome Denis est Professeur de sociologie au CSI, Centre de Sociologie de l’Innovation à l’école des Mines Paris – PSL. David Pontille est directeur de recherche au CNRS et est également membre du CSI.
 
La rencontre aura lieu au CNAM dans l’amphithéâtre Fabry Pérot (accès 4, tout de suite à droite après l’entrée 292 rue Saint-Martin). Il sera possible de suivre cet événement en visioconférence via teams, le lien sera transmis par mail sur demande auprès de adrien.tournier@lecnam.net.

Cette séance du séminaire HT2S sera suivie d’un pot amical à 20h où vous êtes chaleureusement convié-és.

Laboratoire HT2S – Histoire des techno sciences en société
https://technique-societe.cnam.fr/

Bruno Latour (1947-2022). Enquêter pour atterrir. Notre gratitude et notre admiration.

Nous sommes nombreux.ses a avoir une boule dans le ventre et l’esprit tendu, toujours et encore, vers l’enquête. Puisse l’oeuvre de Bruno Latour et les directions ouvertes avec tant de réseaux et de dispositifs nous inspirer pour poursuivre l’atterrissage sans mollir. Nous lui parlerons encore en secret ou dans l’exercice de la référence, nous parlerons de lui avec gratitude et l’enseignerons. Il fera encore faire de belles choses, c’est sûr.

L’IFRIS présente ses condoléances à sa famille. Beaucoup de souvenirs et de pensées positives les accompagnent.

Claire Le Renard lauréate du Prix de Thèses d’Université Paris-Est 2022

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer que Claire Le Renard, chercheure associée au LISIS après y avoir préparé sa thèse, est lauréate du Prix de Thèses d’Université Paris-Est 2022 


Sa thèse, intitulée Le prototype défait. Superphénix, des glissements de la promesse technoscientifique aux épreuves de la « démocratie technique » 

a été soutenue à l’Université Paris Est le 6 décembre 2021 devant un jury dont les membres étaient:
Madeleine AKRICH, directrice de recherche, École nationale supérieure des Mines de Paris
(rapporteure)
Bernadette BENSAUDE-VINCENT, professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
(examinatrice)
Olivier BORRAZ, directeur de recherche CNRS, CSO (président du jury)
Arthur JOBERT, ingénieur-chercheur expert, EDF R&D (membre invité)
Pierre-Benoît JOLY, directeur de recherche INRAE, UMR LISIS (directeur)
Bruno J. STRASSER, professeur ordinaire, Université de Genève (rapporteur).
 
Cette thèse analyse un cas de recul de l’innovation technoscientifique, un « prototype défait », à travers le cas de Superphénix, une centrale nucléaire dite prototype à l’échelle industrielle de la technologie du réacteur à neutrons rapides. Depuis l’après-guerre, cette technologie laissant entrevoir la possibilité de générer du combustible en parallèle de sa consommation a fait l’objet de développements dans plusieurs pays, qui en France, ont connu leur apex avec ce « prototype à l’échelle industrielle » (1200 MW) situé à Creys-Malville (Isère).
Grâce à une enquête minutieuse assise sur des sources orales et écrites, et nourrie par un ancrage théorique dans les Science and Technology Studies, la thèse propose un récit des développements de cette technologie controversée, des années 1950 aux années 1990, ainsi que plusieurs apports : d’abord, l’élaboration d’un modèle de la décision s’appliquant tout autant à la décision de faire qu’à la décision de défaire le prototype, en 1976 comme en 1997. Une mobilisation originale des concepts d’imaginaires sociotechniques et du régime de l’économie des promesses technoscientifiques permet d’analyser la trajectoire technologique, et en retour, d’enrichir ces concepts. Enfin, cette recherche saisit la fermeture de Superphénix comme le résultat d’une inflexion, au fil des années 1980 et 1990, vers plus de transparence et de pluralisme dans les modalités de mise en discussion de choix scientifiques et technologiques.
 
Le jury a salué les qualités exceptionnelles de cette thèse tant sur le plan empirique que théorique. Concernant un objet technoscientifique emblématique des grands projets modernisateurs de la deuxième moitié du XX° siècle, cette thèse fera référence dans le champ des STS. Elle apporte un éclairage très original sur les dynamiques d’arrêt des grands projets technoscientifiques et sur les formes de gouvernance associées.

Conférence de Geoff Bowker, Donald Bren Professor Emeritus, University of California at Irvine, jeudi 10 Novembre de 16h30 à 18h30 à l’ENS.

Conférence exceptionnelle de Geoff Bowker « The Ends of Computing »
Jeudi 10 Novembre de 16h30 à 18h30
Campus Jourdan de l’Ecole normale supérieure, salle R2-02, 48, bd Jourdan, 75014 Paris.

The Ends of Computing
«  I explore two wider contexts for understanding the nature of computing and its place in our world: first the development of tools of empire from the late eighteenth century and second  deep time of feedback and control in human history.  I argue that if we get blinded by the thrill of the new, we lose the ability to discern the nature of the computing enterprise. » 

Geoff Bowker est Professeur Emérite de l’University of California at Irvine,
Il est co-auteur avec  Susan Leigh Star de Sorting Things Out. Classification and Its Consequences, 2000, MIT Press.
Il est un des fondateurs des « infrastructure studies ».

Conférence proposée et organisée par  Emmanuel Didier (CNRS, Centre Maurice Halbwachs) et Christophe Prieur (UGE, UMR LISIS)

6th Nordic STS Conference 2023 : June 7, 2023 –June 9, 2023 University of Oslo

Conference theme

Climate change, pandemic outbreaks, war in Europe, terrorism in Nordic capitals and rising social inequalities: We live in times of disruption where crisis seems to become the new normal state. Indeed, disruption has itself been a longstanding concern within STS. How do STS empirics, methods and theories provide insights and tools for understanding not only the new and ongoing crises, but also their historical, technical and political continuities? And conversely, how can STS attention towards ordinary everyday practices to repair and maintenance, help us analyse and explain societal developments, past and present?

This conference invites scholars in and beyond Nordic STS to take part in this conversation and to engage with emerging and longstanding topics in the field. In this first physical Nordic meeting since 2019, we seek to create a collective arena for exploring and rethinking STS scholarship and its role in society. Our keynote sessions will address two core STS interests: (1) datafication and data politics in democracy and (2) valuing and capitalizing the future.

Information

EPOG+ Erasmus Mundus Joint Master Degree – CALL FOR APPLICATIONS AND SCHOLARSHIPS – Deadline: January 30, 2023

Call for applications

Economic POlicies for the Global transition (EPOG+) is an Erasmus Mundus Joint Master Degree in economics, supported by the European Union. It offers a world-class integrated Master’s programme on the (digital, socioeconomic, ecological) transition processes with a pluralist approach and interdisciplinary perspectives.
 
The main objective of the programme is to give birth to a new generation of international experts, able to define and assess economic policies and evolve within different political, social and regional contexts. Towards this objective, the EPOG+ Master’s programme goes beyond the reach of standard economic theory to include various heterodox/institutionnalist political economy approaches.
 
The full partners (degree awarding institutions) include a wide set of prestigous institutions:
 
  • University of technology of Compiègne (UTC),
  • Sorbonne University,
  • University of Paris,
  • University of Turin,
  • Berlin School of Economics and Law,
  • University of Rome 3,
  • Vienna University of Economics and Business,
  • University of the Witwatersrand (Wits).

It also involves more than 30 (academic and non-academic) associated partners in Europe and the world.

Scholarships
 
The very best students from all over the world will be eligible for scholarships awarded for 2 years by the European Commission, based on our selection:
  • The « Programme countries » scholarships for students from Member States of the European Union (EU) as well as Iceland, Liechtenstein, Norway, Republic of North Macedonia, Serbia, Turkey, United Kingdom.
  • The « Partner countries » scholarships for students from all the other countries.
 
More details here.

When to apply?
 
Application deadlineJanuary 30, 2023 – 13:00 (Paris time).
Note that two recommendation letters are needed to apply and have to be provided by the deadline.

The course for the new cohort will start in September 2023.
 
More information
www.epog.eu

The selection will be organised jointly with the EPOG 2.0 programme.

Information

APPLY

Rencontre autour de l’ouvrage « Innover en temps de crise- Réactions et adaptations face à la crise Covid 19- Mardi 18/10 à 16h30 à Bibliothèque Mines Paris

Rencontre autour de l’ouvrage « Innover en temps de crise- Réactions et adaptations face à la crise Covid 19-

Le mardi 18octobre de à 16h30 à 18h à la Bibliothèque Mines Paris/PSL, 60 boulevard Saint Michel 75006 Paris

Rencontre avec les coordinateurs de l’ouvrage

Hervé Dumez – CNRS, Polytechnique

Benjamin Loveluck – Télécom Paris

et Alexandre Mallard -Mines Paris – PSL

qui échangeront avec
Géraldine Schmidt – IAE Paris-Sorbonne
et Marc Barbier – INRAE

mail : resa.bib@mines-paristech.fr

Information

⬆️