TELEMED

La téléconsultation entre hôpitaux : innovation en santé et transformation des pratiques professionnelles

Coordinateur

Laurence Esterle, research director at INSERM, Cermes

Présentation

La télémédecine est un concept général qui englobe plusieurs applications liées à la santé. Selon l’OMS et l’HG, la télémédecine correspond à l’utilisation des technologies de l’information et des communications (TIC) dans le système de santé. Selon le guide méthodologique de l’évaluation de la télémédecine fait par le CREDES et le ‘Centre de gestion scientifique’ de l’École des Mines, la télémédecine est plus précisément ‘une forme de pratique médicale et coopérative mettant en relation à distance un patient et un médecin ou plusieurs professionnels de la santé grâce aux technologies de l’information et de la communication’.

Son développement est encore récent et la télémédecine constitue un modèle unique d’innovation dans les services dédiés à ce bien collectif que représente la santé. Dans le contexte – bien connu – du vieillissement de la population et d’une demande croissante de soins, la téléconsultation semble être l’une des solutions les plus prometteuses. À l’intersection de deux marchés en expansion (santé et TIC), il peine toutefois à s’implanter dans l’organisation des systèmes de santé, malgré les attentes et les incitations des politiques.

Les sujets de recherche relatifs à la télémédecine sont potentiellement très larges et font appel à différentes disciplines : diverses spécialités médicales, informatique, mathématiques, économie, sociologie,… Parmi les questions soulevées par le développement de la télémédecine, plusieurs traitent des sciences sociales. En effet, outre la persistance de difficultés techniques, cette innovation amène des transformations telles dans l’organisation des soins, la pratique médicale, la place des patients, le mode de production du savoir, que son adoption, sans parler de sa diffusion, se heurte à de nombreux obstacles (Berg, 2001).

En 1999, Berg et coll. ont souligné l’intérêt d’étudier l’information médicale ‘du point de vue sociologique’. Dans un numéro spécial de Sciences sociales et santé, Akrich et Meadel ont indiqué que, si l’évaluation des TIC pour la santé a soulevé un grand nombre de publications scientifiques, les approches restent normatives et positivistes. Pour ces raisons, les auteurs ont plaidé pour une approche sociologique permettant l’analyse méticuleuse des changements et des réajustements que les TIC ont introduits dans l’organisation de la santé, le partage du travail et les relations avec les patients. Ces questions, qui sont peu étudiées sur le plan international et très peu en France, nous interrogent dans le cadre du programme de l’IFRIS. C’est particulièrement le cas pour les questions portant sur les changements dans les pratiques professionnelles, ainsi que sur la place du patient et de son changement de positionnement (responsabilisation, passage d’un rôle passif à un rôle actif, relance du dialogue, auto-formation, ou au contraire, relative destruction par la technologie, « virtualisation » du patient, …).

Le système de télémédecine étudié dans ce projet est celui d’une téléconsultation mise en œuvre entre l’Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) et l’hôpital gériatrique de Vaugirard. Après 6 mois d’expérimentation, le système était pleinement opérationnel en février 2010, permettant l’accès des spécialistes aux patients de l’hôpital gériatrique.

Le projet Telemed a pour objectif d’aborder simultanément les outils technologiques et les acteurs, l’infrastructure étant relationnelle par nature et s’inscrivant dans le cadre des pratiques professionnelles. Dans ce cadre conceptuel, nous voulons étudier la manière dont seront mises en place des stratégies opportunistes et comment l’outil sera amené à produire de nouvelles pratiques et identités;

Méthodologie

  • Observations de plus d’une centaine de téléconsultations : in situ, ou en utilisant des enregistrements vidéo.
  • Entretiens semi-directif des différents acteurs (professionnels de la santé des deux hôpitaux et patients). Ils seront analysés selon un ensemble détaillé de thèmes.
  • En complément des observations et entretiens, une implémentation des méthodes résultant de la notion de la clinique de l’activité est envisagée (Y. Clot).

Production prévue

  • Publications scientifiques dans des revues nationales et internationales (en anglais)
  • Rapports d’évaluation et expertise pour les décideurs
  • Participations et présentations à des conférences nationales et internationales

Participants au projet

CERMES :

  • Laurence Esterle

LATTS :

  • Alexandre Mathieu-Fritz

Unité de gériatrie de l’Hôpital Georges Pompidou (HEGP), où l’expérimentation de la téléconsultation est mise en place.

Publications

L. ESTERLE, A. MATHIEU-FRITZ et P. ESPINOZA, “L’impact des consultations à distance sur les pratiques médicales. Vers un nouveau métier de médecin ?”, Revue française des affaires sociales, 2-3, 63-79, 2011/2

A. MATHIEU-FRITZ, L. ESTERLE et P. ESPINOZA, “Les téléconsultations médicales en gérontologie”, Soins Gérontologie, 93, 24-28, 2012

A. MATHIEU-FRITZ, D. SMADJA, P. ESPINOZA, et L. ESTERLE, “Télémédecine et gériatrie. La place du patient âgé dans le dispositif de consultations médicales à distance du réseau Télégéria”, Gérontologie et société, 2, n°141, 117-127, 2012

A. MATHIEU-FRITZ ET L. ESTERLE, “Transformations des pratiques professionnelles lors des téléconsultations médicales. Coopération interprofessionnelle et délégation des tâches”, Revue Française de Sociologie, 54, n°2, 303-330, 2013

L. ESTERLE et A. MATHIEU-FRITZ, “Teleconsultation in geriatrics : impact on professional practice”, International Journal of Medical Informatics, 2013, sous presse, disponible en ligne sur le site de la revue, DOI: 10.1016/j.ijmedinf.2013.04.006

TOP