Actualités

Journée d’étude – “L’industrie est morte, vive l’industrie” – Le 4 février à Paris Descartes de 9h30 à 16h30

Journée d’étude “L’industrie est morte, vive l’industrie”

Mardi 4 février 2020 à Paris Descartes, 9h30-16h30

Avec les interventions de : Carlotta Benvegnù, David Gaborieau, Julien Merlin, Jessica Pourraz, Gwenaële Rot, François Vatin et Pierre Veltz

Journée en accès libre avec inscription obligatoire. Envoyez un email à l’adresse suivante : mathieu.baudrin@mines-paristech.fr

L’équipe organisatrice : Marine Al Dahdah (CEMS), Mathieu Baudrin (CSI), Clément Marquet (Costech), Benjamin Raimbault (Cermès3)

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à la Journée d’Étude « L’industrie est morte, vive l’industrie », qui aura lieu le 04 février 2020 à Paris Decartes, 45 Rue des Saints-Pères, 75006 Paris (salle en cours de réservation).

La prolifération des technologies – notamment des technologies de l’information – a souvent été annoncée comme la puissance réalisatrice qui ferait définitivement basculer les sociétés contemporaines dans une ère post-industrielle: transformations du travail (fin de la classe ouvrière et mort lente du salariat dans les pays occidentaux), centralité de l’innovation, essor d’une économie de services et de biens immatériels, individualisation des besoins et des biens.

Cependant, plutôt qu’une sortie d’un paradigme industriel, certains sociologues proposent de parler d’hyperindustrialisation pour caractériser les mutations des sociétés contemporaines (Veltz 2017, Musso 2018). En partant du constat que l’industrie ne décline pas mais qu’au contraire, elle prospère et se transforme, les auteurs cherchent à désenclaver l’industrie comme objet et catégorie d’analyse et à briser la linéarité implicite des analyses post-industrielles (Touraine 1967, Rifkin 2000, Moulier-Boutang 2007).

Cette journée propose d’étudier les mutations des formes de l’industrie, au travers de trois grandes questions : quels territoires sont produits par les déplacements et reconfigurations des activités industrielles ? Comment l’intégration des technologies de l’information redéfinit-elle les frontières du travail ouvrier ? Qu’est-ce qui, dans ces reconfigurations, résiste aux processus d’industrialisation ?

Programme

9H00-9H30. Accueil.

9H30-10H00. Présentation de la journée.

10H00-11H00. « Vers un monde hyper industriel ? », Pierre Veltz, Ponts ParisTech.

11H05-12H10. « L’activité industrielle et le modèle de fluidité », Gwenaële Rot, Institut d’études Politiques de Paris, membre du CSO/CNRS et François Vatin, Université de Paris-Nanterre, membre de l’IDHES /CNRS.

12H10-12H40. Discussion avec les intervenants et la salle

Déjeuner

14H00-14H45. « L’industrie minière à l’épreuve de la participation politique et économique en Nouvelle Calédonie », Julien Merlin, Laboratoire PACTE Grenoble.

14H45-15H30. « Produire le flux : L’entrepôt comme prolongement d’un monde industriel sous une forme logistique », David Gaborieau, ANR WORKLOG, CNAM CEET et Carlotta Benvegnù, PLUS Project, CEPN

15H30-16H15. « Réglementation et production dans le cadre de la thérapie phagique », Jessica Pourraz, ANR Anthropo-phages, Centre Emile Durkheim de Bordeaux.

16H15-16H45. Mot de conclusion.


La journée est coordonnée par Marine Al Dahdah (Cems), Mathieu Baudrin (CSI), Clément Marquet (Costech) et Benjamin Raimbault (Cermès3).

Version PDF

2020 Call for IFRIS post-doctoral positions

Four (4) post-doctoral positions are available at the Institute for Research and Innovation in Society (ifris.org).
IFRIS welcomes science, technology and society scholars in all social science disciplines: history, sociology, political sciences, anthropology, economics, management sciences or law.

STS is understood in a broad sense of issues related to the production and use of science and technologies in societies. The post-doc candidates should propose original research projects on specific issues that relate to public health, biomedicine, agricultural sciences, food security, climate change, biodiversity, environmental questions, ICT, “big data” and internet, historical and social construction of technologies, risk and regulation, development and research policies, global distribution of knowledge, intellectual and property rights and global commons, circulation of knowledge, construction of public research policies, multilevel governance of science and technology, knowledge and local development, regimes of regulations and production of sciences and innovation in society.
See the list of projects funded by IFRIS to date for your information.

Selected candidates will be attached to one of the following IFRIS research units (name and acronym are followed by the scientific organisation to which the unit is attached). See the website links for more details on these units and, please, consult the postdoctaral fellowship vademecum.

Candidates do not need to have previous knowledge of these research groups.

Nonetheless, it might be useful for them to consult their websites or take contacts that might help them designing their research project. Contacts can be made through the IFRIS Directiondirection@ifris.org

Selected candidates are eligible for a 24-month contract, under the French standard in relation to salary and work status. Contracts will start as soon as possible after selection, according to candidates’ previous obligations and engagements, and on January 1st, 2021 at the latest.

Requirements
To be eligible, post-doc candidates should hold a Ph.D. or doctoral degree as on the date of December 15th, 2019 at the latest and should have already fulfilled all the obligations for the acquisition of their Ph.D. or doctoral degree.
In case the candidate do not have their degree by the date of this submission, he/she should present a reference letter from their doctoral supervisor certifying that he/she will hold his/her Ph.D. or doctoral degree as on the date of June 5th, 2020 at the latest.
If an applicant is selected but does not meet the deadline to obtain his/her PhD, he/she will loose the benefit of his/her selection.
Candidates cannot apply for a post-doc position within a research group where they have prepared their doctoral research work.

Applications
Candidates should fill out the online form by clicking on the following link http://labex.ifris.org/post-doc-application-gdpr/ and send their research proposals by February 23th, 2020, consisting of:

  • A cover letter written by the candidate to indicate the way she/he believes her/ his project contributes to IFRIS research agenda. The candidate should indicate her/his former relations to IFRIS research units, in case they exist. Candidates are not requested to indicate in which IFRIS research unit they would like to be hosted, but nevertheless can do so.
  • A one page Curriculum Vitae. The Vitae should indicate diplomas, trajectory, places and institutions where the candidate has worked and studied. Previous post-docs should be indicated in case there has been any.
  • A research project (no more than 10 pages). The project should be written in English, including a plan of activities for the whole 24-month period and a tentative budget. The project should clearly state its objective, methodology, theoretical position, type and mode of collection of empirical material, research strategy, and expected outcomes. It should also indicate the type of expected production out of this period of time (workshops, book, articles, or any other envisioned material).
  • A complete list of publications.
  • In case the candidate do not have their degree by the date of this submission, he/she should present a reference letter from their doctoral supervisor certifying that he/she will hold his/her Ph.D. or doctoral degree as on the date of July 1th, 2020 at the latest. For the French candidates, their viva report is also required (“rapport de soutenance”).

Selection criteria

  • Quality of the research project
  • Relevance in relation to IFRIS agenda
  • Potential of the topic to favour the integration of the candidate to the hosting research group
  • Quality of the candidate’s academic and research trajectory

Information about salary, social security and visa

  • About salary: the IFRIS Postdoc’s net salary is indexed on French wages rate of Public Research Organization.
  • In average the net salary is around 2 000 euros per month (2465.68 €/month before social contribution), according to a range of 1800 to 2100 €/month.
  • The postdoc position is opening right to the French social security public service, a complementary health insurance might be also contracted; the access to social security occurs happens at the starting day with a quick subscription.
  • For visa issue, postdoc will get a specific hosting agreement (“convention d’accueil”) from a university services called ACCESS PARIS and would be helped by our administrative staff for that purpose.

The application will be uploaded on the IFRIS website, the project will also have to delivered in one single file, pdf format, and should be saved under the following name: Name_appelpostdoc_IFRIS.pdf (where “name” is the last name of the candidate)
Information addressed to: direction@ifris.org

Useful dates
Opening of Candidature declaration : 10 January 2020

Deadline for the receipt of proposal: February 23th, 2018 

End of pre-selection phase :  March 30, 2020

Selection of the applications by the IFRIS Executive Committe and decision transmission to candidate on July 10, 2020.

Publication de l’ouvrage « The Transformation of Research in the South: policies and outcomes » – David O’Brien & Rigas Arvanitis

Publication de l’ouvrage « The Transformation of Research in the South: policies and outcomes » – David O’Brien & Rigas Arvanitis

 

Arvanitis, Rigas et O’Brien, David (dir.) (2019), The Transformation of Research in the South: policies and outcomes. Paris : Editions des archives contemporaines, 166 p. ISBN : 9782813003034, doi : 10.17184/eac.9782813003034

http://eac.ac/books/9782813003034

Vous pouvez télécharger le livre en entier (lien ci-dessus) et votre article individuellement puisque le livre est en accès libre. Les détails pour télécharger votre article sont mentionnés dans la table des matières du livre ci-dessous.

Présentation :

De profondes transformations affectent les systèmes de recherche dans le monde entier. Nous assistons à l’émergence d’organismes nouveaux ou restructurés pour orienter la recherche publique ou promouvoir l’innovation, à de nouvelles orientations programmatiques au sein de ces organismes, à un financement accru consacré à la recherche en milieu universitaire et à de nouveaux partenariats et collaborations nationaux et internationaux. Une multiplicité d’organisations et de sources de financement sont apparues, créant un réseau complexe où les ressources circulent avec les connaissances de manière à remodeler les systèmes de recherche dans le Sud.

Cet ouvrage rassemble un large échantillon de ces changements présentés lors d’un symposium organisé par le CRDI, l’IRD, l’IFRIS et l’OCDE, dans le but de mieux comprendre leurs moteurs institutionnels, politiques et économiques. Ces cas documentent le renforcement des capacités scientifiques et l’utilisation plus large des résultats de la recherche scientifique et présentent des leçons pour les politiques publiques. Une grande variété d’études de cas d’organismes de recherche spécifiques et d’analyses comparatives du système de recherche au sens large sont présentées en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Table des matières :

Préface (in French)
Jean Lebel and Jean-Paul Moatti
pp. i-ii, doi : 10.17184/eac.2106
http://eac.ac/articles/2106

Foreword (in English)
Jean Lebel et Jean-Paul Moatti
pages v-vi, doi : 10.17184/eac.2107
http://eac.ac/articles/2107

The Transformation of Research in the South: An introduction
David O’Brien and Rigas Arvanitis
pages 1-6, doi : 10.17184/eac.2092
http://eac.ac/articles/2092

Research policy in Arab countries: international cooperation, competitive calls, and career incentives
Rigas Arvanitis and Sari Hanafi
pages 7-12, doi : 10.17184/eac.2093
http://eac.ac/articles/2093

Science-granting councils in Sub-Saharan Africa: A typology of diverse science funding configurations
Johann Mouton
pages 13-24, doi : 10.17184/eac.2094
http://eac.ac/articles/2094

Production, circulation, and use of social research in Bolivia, Paraguay, and Peru
María Balarin, Ignacio González, Fernando Masi, Belén Servín, Natalia Peres, and Miguel Vera
pages 25-28, doi : 10.17184/eac.2095
http://eac.ac/articles/2095

Evolution of science policy in South Africa
Michael Kahn
pages 29-32, doi : 10.17184/eac.2096
http://eac.ac/articles/2096

Instruments shaping policy design: Sectoral Funds and Argentina Innovadora 2020
Ana Pereyra and Solange Martinez Demarco
pages 33-36, doi : 10.17184/eac.2097
http://eac.ac/articles/2097

Developing and implementing a research and innovation policy framework in Vietnam
Nguyen Thi Thu Oanh and Michael Braun
pages 37-42, doi : 10.17184/eac.2098
http://eac.ac/articles/2098

Strengthening innovation and development-research capacity in African universities: The case of AfricaLics
Ann Kingiri, Rebecca Hanlin, Margrethe Holm Andersen, and Aschalew Tigabu
pages 43-48, doi : 10.17184/eac.2069
http://eac.ac/articles/2069

How people’s movements have influenced research priorities in India: Illustrative case studies
Padma Prakash, Padma Deosthali, and Sangeeta Rege
pages 49-54, doi : 10.17184/eac.2070
http://eac.ac/articles/2070

How young scholars in four ASEAN countries forged successful research careers
Catherine Beaudry and Carl St-Pierre
pages 55-60, doi : 10.17184/eac.2071
http://eac.ac/articles/2071

Institutional restructuring in South Africa: Centralizing research management to influence policy and practice
Harsha Dayal
pages 61-64, doi : 10.17184/eac.2072
http://eac.ac/articles/2072

Strengthening the interactive capabilities of public research institutes in South Africa
Glenda Kruss
pages 65-70, doi : 10.17184/eac.2073
http://eac.ac/articles/2073

Enhancing innovation for inclusive development of national research councils in Southeast Asia: Process and outcomes
Segundo Joaquin Eclar Romero, Jr.
pages 71-76, doi : 10.17184/eac.2074
http://eac.ac/articles/2074

Looking for Transformative Innovation in the South: The Case of the Chilean Mining Sector
Gonzalo Rivas, Jaime Alvarez, and Dan Poniachik
pages 77-82, doi : 10.17184/eac.2075
http://eac.ac/articles/2075

Mechanisms to enhance dialogue among communities involved in STI policy: The Latin American experience
José Miguel Natera and Gabriela Dutrénit
pages 83-86, doi : 10.17184/eac.2076
http://eac.ac/articles/2076

How research groups cope with gaps in science, technology, and innovation policy in Colombia: The case of a nanotechnology research group
Astrid Jaime, Constanza Pérez Martelo, Bernardo Herrera, Gonzalo Ordóñez and Dominique Vinck
pages 87-92, doi : 10.17184/eac.2077
http://eac.ac/articles/2077

Governing science–industry relations in the South: From networks of power to developmental coalitions
Keston K. Perry
pages 93-96, doi : 10.17184/eac.2078
http://eac.ac/articles/2078

Managing research for impact
Zenda Ofir
pages 97-104, doi : 10.17184/eac.2079
http://eac.ac/articles/2079

Under-reporting research relevant to local needs in the South: Database biases in rice research
Ismael Ràfols, Tommaso Ciarli, and Diego Chavarro
pages 105-110, doi : 10.17184/eac.2080
http://eac.ac/articles/2080

Assessing impacts of agricultural research for development in countries of the South
Ludovic Temple, Danièle Barret, Marie-Hélène Dabat, Agathe Devaux-Spatarakis, Guy Faure, Etienne Hainzelin, Syndhia Mathé, Aurélie Toillier, Bernard Triomphe
pages 111-114, doi : 10.17184/eac.2081
http://eac.ac/articles/2081

Mapping international knowledge flows: Three dimensions for a framework to evaluate transnational cooperation in research
Leonardo Costa Ribeiro, Leandro Alves Silva, Márcia Siqueira Rapini, Gustavo Britto, and Eduardo da Motta e Albuquerque
pages 115-120, doi : 10.17184/eac.2082
http://eac.ac/articles/2082

Dynamics of South–South cooperation in health biotechnology
Halla Thorsteinsdóttir and Sachin Chaturvedi
pages 121-126, doi : 10.17184/eac.2083
http://eac.ac/articles/2083

Research Cooperation on the Sustainability of the Marginal Seas of South and East Asia
Lourdes J. Cruz, Mohd. Nordin Hasan, Toshio Yamagata, Annadel Cabanban, Marie Antonette Menez, and Fadzilah Binti Abdul Majid
pages 127-132, doi : 10.17184/eac.2084
http://eac.ac/articles/2084

New trends in knowledge generation lift research cooperation in Africa
Margaret Wanjiku
pages 133-138, doi : 10.17184/eac.2085
http://eac.ac/articles/2085

When the South comes to the North: Brazil’s and Argentina’s international collaboration in agricultural and environmental research in France
Bernard Hubert, Roberto Cittadini and Claudio Carvalho
pages 139-142, doi : 10.17184/eac.2086
http://eac.ac/articles/2086

 

Séminaire – « La Terre à l’envers : résidus de l’Anthropocène en Afrique » Gabrielle Hecht (Stanford University) & « Knowledge infrastructures for the Anthropocene » Paul Edwards (Stanford University)

Séminaire

Organisé par l’Institut Francilien Recherche Innovation Société (IFRIS, Labex SITES), le Centre des Politiques de la Terre (CPT, Université de Paris-Science Po), le Centre Alexandre Koyré (CAK, EHESS-CNRS-MNHN) et le Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3, UMR CNRS-INSERM-EHESS-Université de Paris).

 

2 décembre, 14h-16h30

Salle des thèses, Université de Paris, 45 rue des Saints Pères 75006 Paris

Gabrielle Hecht (Stanford University)

La Terre à l’envers : résidus de l’Anthropocène en Afrique

Discutant.es

Malcom Ferdinand (Irisso, CNRS) et Johanna Siméant-Germanos (CMH, ENS)

 

Compléments

https://gabriellehecht.org

https://journal.culanth.org/index.php/ca/article/view/ca33.1.05/53

 

 

 

17 décembre, 14h-16h30

Amphithéâtre, Institut de Physique du Globe, 1 place Jussieu 75005 Paris

 

Paul Edwards (Stanford University)

Knowledge infrastructures for the Anthropocene

Discutant : Gilles Billen (Metis, CNRS)

 

Compléments

http://pne.people.si.umich.edu

http://pne.people.si.umich.edu/PDF/Edwards%202017%20Knowledge%20Infrastructures%20for%20the%20Anthropocene.pdf

Contact : soraya.boudia@parisdescartes.fr

EPOG+ Erasmus Mundus Joint Master Degree – APPLICATION AND SCHOLARSHIPS

Université de Technologie de Compiègne
EPOG+ – Economic POlicies for the Global transition
Erasmus Mundus Joint Master Degree

Call for applications

Economic POlicies for the Global transition (EPOG+) is an Erasmus Mundus Joint Master Degree in economics, supported by the European Union. It offers a world-class integrated Master’s programme on the (digital, socioeconomic, ecological) transition processes with a pluralist approach and interdisciplinary perspectives.

The main objective of the programme is to give birth to a new generation of international experts, able to define and assess economic policies and evolve within different political, social and regional contexts. Towards this objective the EPOG+ Master’s programme goes beyond the reach of standard economic theory to include various heterodox/institutionnalist approaches.

The full partners (degree awarding institutions) include a wide set of prestigous institutions:

  • University of Technology of Compiègne (UTC),
  • Sorbonne University,
  • University of Paris,
  • University of Turin,
  • Berlin School of Economics and Law,
  • University of Roma 3,
  • Vienna University of Economics and Business,
  • University of the Witwatersrand (Wits).

It also involves more than 30 (academic and non-academic) associated partners in Europe and the world.

Scholarships

The very best students from all over the world will be eligible for scholarships awarded for 2 years by the European Commission, based on our selection:

  • The « Programme countries » scholarships for students from Member States of the European Union (EU) as well as former Yugoslav, Iceland, Liechtenstein, Norway, Republic of Macedonia, Turkey;
  • The « Partner countries » scholarships for students from all the other countries.

More details here.

When to apply?

Application deadline: January 30, 2020 – 14:00 (Paris time).
Note that two recommendation letters are needed to apply and have to be provided by the deadline.
The course will start in September 2020.

More information
www.epog.eu

The selection will be organised jointly with the EPOG 2.0 programme.

APPLY

Policy brief #5
Dollar centrality and Renminbi’s rise: challenges and prospects
Tom C. dos Santos (EPOG 2017)President Donald J. Trump has increased the utilization of sanctions and the ‘weaponizing’ the US Dollar in order to attain auxiliary for-eign policy goals. We argue that this creates challenges to China’s process of internation-alizing its currency, the Renminbi, but also opportunities to defy the increasingly coercive use of the US Dollar.
View the Policy brief
EAEPE-Simon Young Scholar Prize 201915 September 2019
For the second time, an EPOG alumnus receives the prestigious EAEPE-Simon Young Scholar Prize. For the 2019 edition, the prize goes to Karsten Köhler (Cohort 2016).
See the news
www.epog.eu
Facebook
Twitter
YouTube

Conférence finale du projet ANR MEDICI, intitulée « Corporate Interests and Public Health. Knowledge, Expertise, Markets – 9-11 décembre 2019 – Campus Condorcet

La conférence finale du projet ANR MEDICI, intitulée « Corporate Interests and Public Health. Knowledge, Expertise, Markets« , se tiendra à Paris les 9-11 décembre 2019. Cette conférence réunira les membres du projet et des chercheurs internationaux spécialistes de la question de l’influence et des conflits d’intérêts, parmi lesquels Sergio Sismondo, Marc Rodwin, Jeremy A. Greene et d’autres.

Corporate Interests and Public Health
Knowledge, Expertise, Markets
9-10-11 December 2019
EHESS – Campus Condorcet
Centre de colloques
Métro Front Populaire
Conference presentation. Over the recent decades, the influence of corporate interests – most notably from the cigarette, chemical, pharmaceutical, and food industries – on public health has attracted growing concerns and public attention. Within this context, one notion, that of ‘conflict of interest’ (CoI), has become widespread and used as the main lens through which this influence and its problematic consequences on the construction of scientific knowledge, on the decisions taken by public authorities, and on heath practices is approached. The MEDICI research project has, over the last three years, explored how conflict of interest has been understood and used in the field of medicine with what kinds of responses. It has also aimed at understanding the effects of this problematization on the ways in which the various actors involved in the sector perform an organize their activities. This final conference will gather presentations laying out the main results of the MEDICI project as well as invited talks from leading scholars studying corporate influence on science and regulation.
Organizing Committee: Boris Hauray (Inserm), Henri Boullier (Inserm), Jean-Paul Gaudillière (Inserm, EHESS) & Hélène Michel (Université de Strasbourg).
DAY 1 – 9 DECEMBER 2019
13h30-14h – Introduction by Boris Hauray (Inserm), scientific coordinator of the MEDICI project
14h-15h – Sergio Sismondo (Queen’s University) “Big Pharma’s Invisible Hands”
15h15-17h15 – Panel #1 – Corporate Influence on the Production of Scientific Knowledge
Chair: Catherine Bourgain (Inserm)
  • Jill Fisher (UNC-Chapel Hill) “Investigating the Inherent Conflicts of Interest in Commercial Phase I Trials”.
  • David Demortain (INRA) “The Pharmaceutical Industry and the Production of Regulatory Knowledge. Exploring the Systemic Determinants of Conflicts of Interests”.
  • Melanie Jeske (UCSF) Conflict of Interest’ or Simply ‘Interest’? Shifting Values in Translational Medicine.
  • Boris Hauray (Inserm) “Publishing Impure Science. The Politics of Conflict of Interest in Medical Journals”.
DAY 2 – 10 DECEMBER 2019
9h15-10h15 – Marc Rodwin (Suffolk University) “Conflicts of Interest in Medicine-Causes and Cures”
10h30-12h30 – Panel #2 – Regulatory Expertise and Agencies
Chair: Daniel Benamouzig (CNRS)
  • Nathalie Jas (INRA) “Industry Quiet Power. Shaping WHO/FAO Food Additives and Contaminants Expert Committees’ Work in the Post-WWII period”.
  • Annie Martin (CNRS) “Conflict of Interest and European Law. The European Medicines Agency’s case”.
  • Jérôme Greffion (Université Paris 10) & Hélène Michel (Université de Strasbourg) “Medical Experts at work in a Committee of the French National Authority for Health”.
14h-17h – Panel #3 – Physicians and Medical Practices
Chair: Maurice Cassier (CNRS)
  • Volker Hess (Charité) “Clinical research and the Nylon Curtain. The case of the GDR, 1960-1990”.
  • Jean-Paul Gaudillière (Inserm/EHESS) “Scientific Marketing and Conflict of Interest. Lessons from the Hormone Replacement Therapies Crisis”.
  • Etienne Nouguez (CNRS) “Fighting over Generic Medicines. Struggles between Pharmaceutical Companies to Influence the Prescriptions of French Doctors and Pharmacists”.
  • Henri Boullier (Inserm) & Jérôme Greffion (Université Paris 10) “The Materiality of Transparency. Constructing a Database on Physicians Funding”.
DAY 3 – 11 DECEMBER 2019
9h15-10h15 – Lisa Cosgrove (University of Massachusetts Boston) “Institutional Corruption in Psychiatry and Solutions for Reform”
10h30-12h – Panel #4 – Critiques, mobilizations and affairs
Chair: Sezin Topçu (CNRS)
  • Christian Bonah & Solène Lellinger (Université de Strasbourg) “‘This Corporation has ‘Anaesthetized’ the Actors in the Drug Chain’. Influence Peddling and the Normality of Conflict of Interest in the Benfluorex Case”.
  • Giovanni Prete (Université Paris 13), François Dedieu (INRA) & Jean-Noël Jouzel (CNRS) “Denouncing Pesticides in France: Conflict of Interest as a Protest Repertoire”.
  • Sébastien Dalgalarrondo (CNRS) “Patient Mobilizations and Industry Influence: from AIDS to Alzheimer”.
Conclusion.

Conférence internationale – “A book defying classification : Sorting Things Out’s legacy, 20 years after” – 13 décembre 2019 – Université Paris Sorbonne

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue d’une conférence internationale intitulée « A book defying classification : Sorting Things Out’s legacy, 20 years after » qui aura lieu le 13 décembre 2019 à la Sorbonne. L’événement célèbre le vingtième anniversaire d’un ouvrage majeur des Science and Technology Studies, paru aux MIT Press en 1999, et accompagne un projet de traduction française. Cette journée a été organisée en étroite collaboration avec Geoffrey C. Bowker, qui sera présent, aux côtés d’intervenants ayant contribué à diffuser les travaux qu’il a menés avec Susan Leigh Star.

Programme prévisionnel :

  • Welcome Address, Marc Barbier (LISIS, IFRIS),
  • Introduction, Rigas Arvanitis (CEPED, IFRIS)
  • “How We Wrote this Book”, Geoffrey Bowker (University of California, Irvine),
  • Sorting Things Out: the challenges of a translation”, Vinciane Zabban (Université Paris 13), Henri Boullier (IRISSO, IFRIS), Baptiste Kotras (LISIS, IFRIS), Sebastian Giessmann (Siegen University)
  • “How standards and classifications matter”, Dominique Vinck (Université de Lausanne), Sonja Jerak-Zuiderent (Amsterdam University Medical Centres), Teun Zuiderent-Jerak (Vrije Universiteit Amsterdam)
  • “From Sorting Things Out to Infrastructure Studies”, Paul N. Edwards (Stanford University), Jérôme Denis (I3-CSI), David Pontille (I3-CSI), Florence Millerand (UQAM)
  • “Roundtable: STO, STS & SSH”, Geoffrey Bowker (University of California Irvine), Paul N. Edwards (Stanford University), Soraya Boudia (Cermes3, IFRIS), Pierre-Benoît Joly (LISIS, IFRIS)

Animation :

Sara Aguiton (CAK, IFRIS), Tiziana Beltrame (CAK, IFRIS), Vincent Cardon (Curapp, IFRIS), Éric Dagiral (Université Paris Descartes, CERLIS), David Demortain (LISIS, IFRIS), Allison Loconto (LISIS, IFRIS), Ashveen Peerbaye (LISIS, IFRIS), Catherine Paradeise (LISIS, IFRIS).

Nous ferons suivre très prochainement les informations pratiques relatives à l’inscription pour cette journée, obligatoire pour accéder au site.

Avec nos excuses pour les inévitables envois croisés.

Bien à vous,

Le comité d’organisation

Henri Boullier (IRISSO, IFRIS), Vincent Cardon (Curapp, IFRIS), Éric Dagiral (Université Paris Descartes, CERLIS), Baptiste Kotras (LISIS, IFRIS), Ashveen Peerbaye (LISIS, IFRIS), Vinciane Zabban (Université Paris 13, Experice)

Flashback sur l’édition 2018 du Festival du cinéma des « Utopies Réelles »

En attendant de vous partager les vidéos de l’édition 2019, retour sur les grands moments du festival du cinéma des « Utopies Réelles » édition 2018 !!

Pour rappel, cette première édition du festival a permis de faire plus ample connaissance avec quelques-unes de ces initiatives innovantes de production, de distribution, d’échange, de gouvernance locale et d’en débattre.

En effet, autour d’un ensemble de documentaires, courts et long-métrages, sélectionné par un comité scientifique et artistique, plusieurs acteurs de l’innovation rurale ainsi que des chercheurs et réalisateurs.trices, ont pu échanger sur un certain nombre de questions et autres propositions.

Afin de pouvoir revivre pleinement ces moments, nous vous invitons à revoir l’ensemble des débats de cet événement.

Vidéos Utopies Réelles

(Les liens sont sur l’affiche du festival comme montré ci-dessous)

 

Sommaire

La deuxième édition du festival a eu lieu les 4 & 5 octobre 2019 et avait pour thème : « Habiter autrement les territoires ». Nous vous tiendrons au courant de la mise en ligne des vidéos.

[Cermes3] La santé à l’épreuve des crises – Temporalités, coalescence, alternatives – Les 2, 3 et 4 octobre 2019

La santé à l’épreuve des crises
Temporalités, coalescence, alternatives

Les 2, 3 et 4 octobre 2019

Amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ».

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires.

Cinq thématiques seront explorées :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels.

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence.

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

2ème Edition du Festival du cinéma des Utopies réelles – 4 et 5 octobre 2019 à Hendaye

Autour d’un ensemble de documentaires, courts et longs métrages, cette 2ème édition du Festival du Cinéma des Utopies Réelles vous propose de faire plus ample connaissance avec quelques-unes des initiatives innovantes autour du thème « Habiter autrement les territoires » et d’en débattre.

Accueilli par le Cinéma Les Variétés d’Hendaye, le Festival exposera et analysera un ensemble de questions et de propositions qui touchent à l’innovation sociale dans ce thème. Chaque question sera introduite par un documentaire sélectionné par un comité scientifique et artistique, qui servira d’appui à un débat, animé par un.e chercheur.se, le.a réalisateur.trice et un.e acteur.rice de terrain.

PASS Jour 1 (+ repas du midi compris) : 30 €
PASS Jour 2 (+repas du midi compris) : 35 €
PASS 2 Jours (+ repas du midi compris) : 60 €

Programme

Bon de commande PASS

Demande d’hébergement

Infos : 05 59 64 44 54 ou contact@cbe-seignanx.fr

⬆️