Actualités

Save the date Webinaire COVID 19 – 03/06/2020

Webinaire COVID-19 et les systèmes alimentaires durables – Programme SFS
Exemples de textes de communication
Exemples de tweets
???????? Quelles mesures essentielles sont nécessaires pour lutter contre le #COVID19 et pour mettre en place des systèmes alimentaires durables ? Participez à la discussion @SFoodSystems avec @davidnabarro, @UNSCN, @INRAE_Intl, @FAO, @IFAD, @UNEP & WWF le 3 juin à 14h30 CEST ???????? ???????? https://bit.ly/3c2W4aE

SaveTheDate : 3 juin 14h30 CEST – Les réponses à la crise #COVID19 peuvent-elles catalyser la transformation vers des #systèmesalimentaires durables ? Participez à la discussion @SFoodSystems avec @davidnabarro, Costa Rica, CONSEA RS, @UNSCN, @INRAE_Intl, @FAO, @IFAD, @UNEP & @WWF ???????? https://bit.ly/3c2W4aE
Exemple d’accroche pour un bulletin d’information ou un média social
Quelles mesures essentielles sont nécessaires pour lutter contre la crise du #COVID-19 et pour mettre en place des systèmes alimentaires durables ? Les réponses à la crise du #COVID-19 peuvent-elles catalyser la transformation vers des systèmes alimentaires durables ?
La pandémie du COVID-19 pose des défis sans précédent aux systèmes alimentaires du monde entier, mais elle offre également d’énormes opportunités. C’est un signal d’alarme qui a mis en évidence la nécessité d’adopter des approches globales pour faire face au choc provoqué par la pandémie, mais aussi pour remédier aux vulnérabilités de nos systèmes alimentaires non durables. Pour mettre en place des systèmes alimentaires durables, nous aurons besoin de mesures plus coordonnées et plus intégrées – une approche des systèmes alimentaires.
Nous vous invitons à ce webinaire du programme SFS au cours duquel l’Envoyé spécial de l’OMS pour le COVID-19 Dr David Nabarro interviendra. L’INRAE et l’UNSCN démarrent le webinaire avec les résultats de nouvelles recherches, et vous tirerez des enseignements par les résultats des expériences du gouvernement du Costa Rica, du Conseil de la sécurité alimentaire et de la nutrition de l’État Brésilien du Rio Grande do Sul. Pour conclure, une discussion interactive sera lancée par la FAO, le FIDA, le PNUE et le WWF, qui se concentrera sur des mesures nécessaires afin de combattre des effets négatives de la pandémie et de mettre en place des systèmes alimentaires durables.
Rejoignez-nous le 3 juin à 14h30 CEST.
Inscrivez-vous et soumettez vos propres réponses dans ce webinaire participatif ici : https://bit.ly/3c2W4aE

 

Version anglais

Version espagnol

Save the date english

Save the date espagnol

Save the date français

 

[Appel à communication] 14èmes journées de recherche en sciences sociales > Clermont-Ferrand, 10 et 11 décembre 2020

L’édition 2020 des JRSS sera organisée autour de :

Sessions dédiées

Des ateliers participatifs

Un conférencier plénier

La remise du prix pour la meilleure communication scientifique jeune chercheur, voir le document.

Propositions de communication

Vous pouvez télécharger ici l’appel à contribution

Seules les propositions en français ou en anglais comprenant un papier intégral seront examinées. Les propositions doivent impérativement être déposées sur la plateforme dédiée

Date limite de réception des propositions : 11 Septembre 2020, à 12h00

La décision du Comité scientifique pour chaque proposition sera notifiée aux auteurs à partir du 19 octobre 2020.

En cas de souci de connexion vous pouvez contacter contact_jrss@groupes.renater.fr

Propositions de session spéciale

Des sessions spéciales (de 3 ou 4 papiers en français ou en anglais) peuvent être proposées sur des thèmes particuliers ou habituels des JRSS. Les organisateurs de sessions spéciales sont invités à proposer leur projet (titre de la session ; titres, auteurs et résumés des papiers pressentis) avant le 10 juillet 2020.

Vous pouvez télécharger ici l’appel à sessions

Date limite de réception des propositions de sessions spéciales : 10 juillet 2020

Merci de les envoyer à l’adresse: contact_jrss@groupes.renater.fr

Les contributions prévues dans le cadre des sessions spéciales doivent, comme toutes les autres communications, être déposées sur le site dédié pour le 11 septembre 2020. Elles seront examinées selon les mêmes procédures que les propositions de communication.

Date limite de réception des contributions aux sessions spéciales : 11 Septembre 202019, à 12h00

sur la plateforme dédiée (https://cmt3.research.microsoft.com/JRSS2020)

Dates importantes :

10 juillet 2020 : date limite de proposition de sessions spéciales organisées

11 septembre 2020 : date limite de soumission des contributions.

19 octobre 2020 : notification aux auteurs sur leur contribution


Les soumissions se font en ligne sur la plateforme 

https://cmt3.research.microsoft.com/JRSS2020/


Pour plus d’informations : ici

 

[Appel à contribution] Revue terrains & travaux – La raison modélisatrice | Clôture 15 novembre 2020

La revue terrains & travaux, solidaire du mouvement de protestation contre la réforme de retraites et le projet de LPPR, reprend ses travaux et lance un appel à articles pour un dossier à paraître l’année prochaine. Pour tenir compte des conditions de travail spécifique dues à la crise sanitaire, et en solidarité avec le mouvement social en cours, le délai de remise des articles est étendu.

Vous trouverez ci-joint et en ligne, un appel à articles pour le dossier thématique intitulé « La raison modélisatrice », coordonné par Henri Boullier (INRAE), Lise Cornilleau (ENS Paris-Saclay), Jean-Noël Jouzel (CNRS) et Pierre-André Juven (CNRS). Les articles (de 50 000 signes maximum) doivent être adressés aux quatre adresses suivantes avant le 15 novembre 2020 :

Appel à contribution PDF

Job offer: Two Post-Doctoral Contracts – Université Gustave Eiffel in Paris/Marne La Vallée

Université Gustave Eiffel in Paris/Marne La Vallée opens two post-doctoral positions within the project conducted by LISIS, Interdisciplinary Laboratory on Sciences, Innovations and Societies (http://umr-lisis.fr/) entitled

City Sustainability: form ‘de facto’ via ‘proactive’ to ‘transformative’ innovation policies

And managed by Mireille Matt (LISIS), Matthias Weber (LISIS and AIT) and Philippe Larédo (LISIS and MIOIR, University of Manchester).
(see text attached for a short project description)

The positions are for two years, starting September 2020.

The location is split between Paris (LISIS) and Vienna (AIT).

Candidates need to have obtained their PhD with a specialisation either in urban studies (and in particular Urban planning) or in innovation policy studies, with demonstrated interest to
the other domain.

Candidates need to be fluent in English and at least in one of the two national languages French and German.

Candidatures should be made of a detailed CV, a motivation letter and one relevant publication (book chapter or journal article). They should be addressed to Mireille Matt, mireille.matt@inrae.fr

Deadline of application: June 12th 2020

PDF

Le Tiers Secteur de la Recherche – Lettre d’information #3 – Avril 2020

 

Lettre d’information #3 – Avril 2020

C’est entendu, le déconfinement prendra des mois et des mois. Raison pour laquelle nous reportons les Assises du tiers secteur de la recherche au 29 novembre-1er décembre 2020. Car ce que nous apprend, entre autres, la crise sanitaire et économique inédite que nous subissons, c’est que le rapport aux savoirs, à l’expertise, et leurs liens à la société comme aux choix politiques constituent le soubassement de l’édifice sur lequel nos vies reposent et se reproduisent. Mieux concevoir le lien entre connaissances et actions devient déterminant ; les dispositifs d’orientation et de programmation actuels sont pour partie obsolètes. Face aux défis climatiques, sanitaires, urbains, alimentaires, de cohésion et de solidarité, comme dans notre rapport au vivant au sens large, renforcer les capacités de recherche et d’innovation de l’ensemble du corps social est un impératif, une condition nécessaire bien qu’insuffisante d’une évolution de nos modes de vies. Raison de plus pour affirmer la nécessité de ces Assises.

Le site des Assises est désormais ouvert www.tiers-secteur-recherche.org. Pour vous inscrire, c’est ici. Pour proposer des activités, thèmes ou ateliers, c’est ici.
A noter qu’un « caucus européen » est en préparation. Ce qui caractérise ce type de sessions, c’est qu’elles visent des objectifs précis. En l’occurrence, au regard de la faillite de la solidarité européenne dans la crise actuelle, il n’’est plus possible de laisser le champ libre au statu quo ante. Déjà des tendances visant à revenir sur les ambitions climatiques ont été énoncées, rognant le mandat sur lequel l’actuelle commission a été élue. Ceci aura des impacts majeurs sur les investissements qui seront priorisés, en premier lieu en termes de stratégie de recherche et d’innovation. Ce caucus européen lors des Assises sera l’occasion de discuter d’une stratégie à cette échelle.
Quelle continuité des services publics des collectivités en temps de crise et de confinement ? Riposte créative territoriale, espace ouvert à tous, soutient les acteurs territoriaux et aspire à apprendre de la crise du Covid-19. Un volet recherche est animé par la Fing et le Cnfpt. Il s’inscrit dans une démarche de « connecteur recherche » en situation de crise afin de tirer des enseignements. Mieux comprendre les conditions de l’agir en situation de crise et d’après crise, mieux appréhender des déficits de savoir-faire, des pratiques professionnelles et qualifier ce qu’il y a lieu d’apprendre de cette expérience collective, tels sont les multiples objectifs de cette co-recherche.
Le LiRIS : des contributions à la collaboration de recherche !
Un programme de co-recherche a été conduit avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (direction Études, affaires économiques et prospectives), qui a permis de « monter en théorisation » et de formuler des préconisations managériales au CSA. Un autre programme – impliquant le Crédit Municipal de Nantes-Angers-Tours-Rennes, la Direction Régionale de la Banque de France et de la Banque des Territoires-CDC – expérimentait avec les Centres Communaux d’Actions Sociale (CCAS) des régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre-Val de Loire un « nouvel » outil d’inclusion financière : le Livret de micro-épargne solidaire (LMES). Dans ce cadre, des ateliers de recherche-action ont été organisés impliquant des directeurs/directrices et des travailleurs sociaux. Du point de vue du LiRIS, et de façon plus générique, ces démarches de co-recherche : 1/ interrogent leurs dimensions méthodologique et partenariale, l’acculturation entre l’univers des chercheurs et celui des acteurs, en tentant d’éviter les asymétries entre eux ; 2/ questionnent les hypothèses sous-jacentes des conditions de coopération entre « sachants » et « acteurs » ; 3/ permettent d’approfondir la formulation et la caractérisation de l’objet commun de préoccupation.
135. C’est le nombre de propositions d’ateliers qui nous sont déjà parvenues en deux mois, dans l’optique de la programmation des Assises des 29 novembre-1er décembre 2020. Certaines sont thématiques (santé, environnement, éducation, urbanisme, agroécologie, chimie environnementale etc.), d’autres transversales (le développement des des tiers lieux de recherche, les modes de financement des recherches collaboratives et citoyennes, le renforccement des compétences des acteurs, etc.), d’autres, enfin, politiques (l’éthique de la coopération, les écueils de l’institutionnalisation, les enjeux de la LPPR, la programmation au sein de l’ANR etc).
Vous pouvez, vous aussi, proposer un atelier, un thème ou une problématique ici.
Intermédiation. L’intérêt de la notion d’intermédiation pour penser la recherche avec, par et pour le tiers secteur de la recherche tient au déplacement qu’elle permet d’opérer par rapport à la conception classique de la médiation scientifique, qui s’inscrit dans une approche en termes de diffusion des connaissances de la communauté scientifique vers la société. Si dans les deux cas une figure du tiers est impliquée, ce n’est pas du tout dans la même perspective. La fonction d’intermédiation conduit à penser et à interroger les modes d’inscription des sciences en société et l’ensemble des agencements hybrides qui en découlent dès lors que les chercheurs académiques ne sont plus positionnés en surplomb vis-à-vis des autres acteurs, quand bien même la production de connaissances à visée scientifique y reste dotée d’une valeur éminente.
1918 : la Convention de Cordoba. La question de l’inscription sociétale de l’université a de longue date suscité des initiatives en termes d’implication dans la vie sociale. Ainsi, le mouvement en faveur de l’extension universitaire (university extension) qui a vu le jour en Angleterre et aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, s’est-il diffusé dans de nombreux autres pays. C’est en Amérique latine que cette dynamique a connu les plus forts développements, en particulier à travers le mouvement social né en Argentine à l’Université de Córdoba au début du XXe siècle prônant une réforme radicale de l’université (démocratisation interne, lutte contre les injustices sociales, implication active dans des projets de transformation économique et sociale), qui a eu un retentissement sur tout le continent. Télécharger la convention de Cordoba ici.
25 milliards d’Euros pour la recherche ? Pour quoi faire ?… En plein milieu de la crise du Covid-19, la ministre de la Recherche a maintenu la LPPR à l’agenda gouvernemental. Ce texte pourrait être soumis, peut-être, d’ici un an. Quoi qu’il en soit, en parallèle de cette information, le gouvernement a communiqué sur le fait que le budget de l’ESR allait augmenter en moyenne, et de façon cumulée, d’environ 500M€/an pendant 10 ans, ce qui tendrait à laisser penser qu’en 2030, le budget de l’ESRI aurait augmenté de 5 milliards d’euros. Même si ce type de communication est problématique dans ce contexte de crise, le signal donné semble conséquent. Malgré tout, aucune communication de la ministre ne place haut dans la hiérarchie des priorités un approfondissement clair de l’ouverture du système d’ESR à l’ensemble de la société…

contact : info.assises@tiers-secteur-recherche.org

Appel à communications FUTURE Days 2020 – « Politiques publiques et sciences pour les territoires urbains »

 

Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message,
consultez la copie web
187222d7fedd8cbe62063c7b76e21d8a9c339e5f.png

Appel à communications

FUTURE Days 2020

POLITIQUES PUBLIQUES ET SCIENCES
POUR LES TERRITOIRES URBAINS

2 | 3 Décembre 2020

Université Gustave Eiffel, Campus de Marne-la-Vallée

J-3

Merci à tous ceux qui ont pu respecter l’échéance du 27 mars pour le dépôt de leurs propositions dans le cadre de l’Appel à Communications FUTURE Days 2020.

Toutefois, au regard de la charge supplémentaire des personnels dans le contexte exceptionnel lié à l’épidémie de Covid-19, et pour répondre aux nombreuses demandes qui nous ont été adressées, il a été décidé d’adapter le calendrier de cet appel à communications et de reporter la date de clôture au vendredi 17 avril 2020 minuit pour permettre aux communautés scientifiques de déposer leurs propositions éventuelles.

Nous comptons sur vous pour la réussite de cet évènement.

Bon courage à tous.

La communauté scientifique est sollicitée par les grands défis et les agendas du développement durable et tout particulièrement pour ce qui concerne les villes. Des rapports internationaux récents interpellent tout particulièrement la recherche urbaine.

Ces défis appellent une production de connaissances innovantes voire de rupture, adossée à une vision des transformations urbaines en cours et à venir. La communauté scientifique, les acteurs institutionnels et les acteurs socio-économiques doivent partager cette volonté de faire émerger un changement de paradigme dans la manière de penser, et résoudre, les défis urbains.

FUTURE Days, l’événement annuel sur la Ville de Demain, mettra en débat les résultats et connaissances récentes de la recherche et de l’innovation intéressant les domaines d’intervention des politiques publiques mises en oeuvre dans les villes.

 THÉMATIQUE : 

Politiques publiques et sciences pour les territoires urbains

 POUR QUI ? 

Les chercheurs de toutes les disciplines développant des connaissances sur les domaines d’intervention des politiques publiques mises en œuvre dans les villes à savoir : le transport, la mobilité, le logement, la construction, l’aménagement, la gestion des ressources et les services associés (déchets, eau, énergie), la culture, l’architecture, l’éducation, le développement économique, le développement social…

 QUAND ? 

Soumission d’une proposition de communication avant le 17 avril

Depuis 2017, FUTURE Days est l’événement incontournable sur la thématique des villes de demain.

La troisième édition des FUTURE Days s’est tenue les 27 et 28 novembre 2019 autour de la thématique « Héritages et anticipations urbaines ». Les FUTURE Days s’inscrivent dans le calendrier des rendez-vous incontournables des milieux académiques, étudiants, entrepreneuriaux et publics, autour des défis environnementaux, climatiques, économiques et sociaux auxquels les villes et les métropoles sont confrontées.

Plus d’informations sur www.futuredays.fr

 FUTURE DAYS

C’EST QUOI ?

Un événement organisé par :

9a144722dcc3f7e525aed4792d7a3903fcb5fc89.png
b8b18b10f4b29ced1e6d04ba43d3d89cc60f9f3c.png
ab8ac6f93579da133ac329223ccaf8826a02c288.png
404bfad346c66b8ee367025327a86471661c8b22.png

L’I-SITE FUTURE bénéficie d’une aide financée par le Programme d’Investissements d’Avenir lancé par l’État et mis en œuvre par l’ANR (Réf. ANR-16-IDEX-0003) en complément des apports des établissements impliqués.

Retrouvez toute l’actualité des FUTURE Days
sur www.futuredays.fr et #FUTUREDays2020

 

Twitter

 

Annulation de l’Ecole Thématique 2020 de l’IFRIS

Cher.e.s collègues

Nous vivons une situation historique et macabre.

Il est difficile d’ajouter des textes à d’autres textes sans être emporté par le sentiment d’une vacuité de tout propos face à la mort et face au courage des soignants et de tous ceux exposés dans leur vie pour que certaines fonctions dites essentielles permettent à d’autres de confiner. Espérons que vous-même et vos proches et amis ont pu éviter le pire.

Le virus ne connaît ni frontières ni classes sociales mais la distribution de son pouvoir pathogène et sa virulence oui. Depuis plusieurs semaines, les formes-états procèdent à la mise en place hésitante de cadres de gestion sanitaire et sécuritaires pour freiner la pandémie ; les mesures sont autant prises pour gérer la progression de l’épidémie que la pénurie avouée d’un manque de moyens humains et techniques. La communication tout comme sa critique font alors partie de l’ubris de la crise. Plus personne n’échappe à la révision de l’Avant; à la chronique de la vie pendant et à devoir penser la vie de l’après. Nous avons fait l’expérience collective de vies humaines gâchées et d’une situation de sécurité sanitaire difficile, mais ce qui viendra avec le déconfinement sera encore différent et tout aussi difficile car fondamentalement discrétionnaire et policier. C’est à envisager, sans compter d’éventuels « rebonds » de l’épidémie toujours possibles. Le « vivre avec » ne sera pas des plus facile mais ne sera pas fondé sur une immunité de troupeau.

Dans ce contexte, vous avez vu passer l’annonce répétée du maintien possible de l’Ecole Thématique prévue pour la mi-juin. Elle a pu vous paraître étrangement volontariste et contre-intuitive en situation de crise. Comme indiquée dans le texte d’annonce elle supposait un déconfinement pour juin et la possibilité d’organiser des mobilités sous couvert des autorisations administratives nécessaires. La maintenir, notamment avec son thème, semblait pertinent pour poursuivre nos travaux, nos réflexions et ne pas abandonner le travail engagé avant la décision de confinement. C’était aussi engendrer une préparation de chacun.e à cette école dans son propre confinement.

Sans entrer dans des considérations épidémiologiques immaîtrisées ou dans le travail critique qui est déjà à l’œuvre, mais surtout mis face aux décisions portées par le président de la république, il est devenu impossible de maintenir cette Ecole Thématique comme envisagée. Difficile de gérer l’incertitude des modalités du déconfinement et des règles de fonctionnement de nos établissements que nous ne connaissons pas encore. Difficile aussi de préparer des déplacement, de poursuivre des engagements financiers avec des prestataires et surtout d’appeler au cycle de préparation des communications attendues des doctorant.e.s et de les mobiliser dans cette incertitude.

Le comité de direction de l’IFRIS s’est réuni ce vendredi 10 avril pour en discuter et étudier les options possibles entre maintien, report et annulation. La direction de l’IFRIS a décidé d’annuler la tenue de l’ET prévue à Saint-Malo du 16 au 19 juin. La repousser à la rentrée n’est pas non plus une option, eu égard la difficulté que présentera un agenda de rentrée qui sera encore plus chargé qu’à l’accoutumée, sans compter la nécessité de repositionner toutes les activités collectives de nombreux projets de recherche qui auront été mis en sommeil plusieurs mois.

Pour autant que l’Ecole Thématique ne puisse se tenir cette année dans son format habituel, l’IFRIS est en réflexion pour proposer des animations scientifiques sur la thématique de l’Ecole durant les prochains mois, en donnant toute la place que les recherche en SHS sur le Covid méritent. Les doctorant.e.s et toute la communauté de recherche de l’IFRIS en seront informés. Il est en effet important de fédérer les travaux réflexifs, compréhensifs et/ou critiques qu’appellent tout particulièrement nos propres orientations scientifiques dans cette situation historique de pandémie.

Courage dans votre confinement

Marc Barbier

Directeur de l’IFRIS

Programme séminaire « Expertise citoyenne et action publique »

Le séminaire « Expertise citoyenne et action publique » propose de discuter l’articulation entre la production de données et de savoirs par les citoyen-ne-s organisé-e-s et l'(in)action des pouvoirs publics dans différents champs d’intervention. Il s’agit de saisir comment s’agencent ces éléments : production de savoirs alternatifs et de contre-expertise, rapports aux expertises existantes, mise à l’agenda public de nouveaux problèmes, contribution à la mise en oeuvre de l’action publique ou à la définition de nouvelles politiques publiques, remise en cause de l'(in)action publique… Ce séminaire offre un espace de rencontre et de dialogue entre les acteur-e-s de la société civile organisée producteurs et détenteurs d’une expertise citoyenne et les chercheur-e-s l’adoptant comme objet de recherche et/ou l’intégrant à leurs pratiques professionnelles.

PRINCIPE DES SÉANCES :

Le séminaire se compose en 2020 de cinq séances de trois heures chacune et se tient au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Paris. Les séances sont structurées sur le même modèle : un thème commun discuté et analysé par trois profils d’intervenant-e-s : chercheur-e-s en poste; acteur-e-s de la société civile (associations, collectifs…) ; doctorant-e-s (ou post-doctorant-e-s). Après les trois présentations, un temps est consacré aux échanges entre les différent-e-s intervenant-e-s et avec le public.

SÉANCES À VENIR :

28 avril 2020 :
14h00 – 17h00 : Instruments de la mobilisation associative contre les stériles uranifères

27 mai 2020 :
14h00 – 17h00 : Expertise citoyenne et recherche agronomique (titre provisoire)

29 juin 2020 :
10h00 – 13h00 : Production de savoirs alternatifs sur les pathologies environnementales
14h00 – 17h00 : Expertise citoyenne et pollution de l’air

Version PDF

Appel à participation école thématique de l’IFRIS 2020 – « In/Visibilités – Institution, destitution et restitution dans les sciences et les technologies »

L’École Thématique de l’IFRIS est organisée une fois par an. C’est un lieu important de thématisation des questions de recherche centrales touchant aux préoccupations de la communauté de l’IFRIS. Elle offre aux chercheurs l’opportunité de présenter leurs travaux à la fois par l’écriture et la communication orale, et de mettre en discussion leurs résultats devant leurs collègues et la communauté académique internationale.

Ecole thématique de l’IFRIS 2020

Titre« In/Visibilités – Institution, destitution et restitution dans les sciences et les technologies »

Par la collecte de données, la mise en œuvre d’expérimentations, la conceptualisation d’entités, l’analyse de régularités, les activités scientifiques rendent visible. Elles donnent à voir et à entendre, et ce faisant elles instituent, elles ont des effets sur la nature, les corps et les mondes vécus. Produisant des connaissances, elles allongent la liste des êtres et des relations qui le composent. Ces activités sont particulièrement importantes dans la période de crise environnementale et de l’anthropocène, où les alertes scientifiques rendent visibles l’érosion et la fragilité de nombreuses formes de vie, et rappellent la nécessité de continuer à produire des connaissances sur les conditions futures de vie sur terre. Mais, comme les théoriciennes féministes des technosciences l’ont remarqué dès les années 1980, il n’y a pas de description sans intervention, pas de frontière entre recherche fondamentale et technoscience, entre science et politique. Les activités consistant à rendre visible s’inscrivent donc dans les dynamiques complexes de production des savoirs et technosciences modernes, entre savoir, pouvoir et marché.

Le STS, ainsi que d’autres domaines des sciences sociales, ont également montré que, dans le même mouvement, la fabrique des savoirs et des technologies peut agir comme une entreprise d’invisibilisation et de destitution des phénomènes qu’elle vise à transformer, des acteur·rice·s concerné·e·s, de leurs pratiques et visions du monde. Invisibles sont celles et ceux qui contribuent à la production des connaissances et dont la contribution est si fréquemment reléguée dans l’ombre ; invisibles, car exclues du domaine du savoir, sont les pratiques culturelles et les formes de vie qui ne sont pas réductibles aux seuls discours et pratiques de rationalisation technique; invisibles encore sont les multiples pollutions du développement industriel qu’un enchevêtrement d’intérêts conduit à considérer négligeables, et bien souvent en dépit des preuves constituées. Ces formes de relégation opèrent parfois de façon brutale, parfois de façon indirecte et discrète, et sont souvent contestées par différents mouvements sociaux, politiques, professionnels, ou au sein des sphères scientifiques elles-mêmes.

Comment les sciences sociales naviguent-elles dans les courants opposés du visible et de l’invisible ? Dans quelle mesure peuvent-elles promouvoir des découpages alternatifs de l’In/Visible ? Dans la lignée des traditions ouvertes par le champ des STS, cette École Thématique invite à réfléchir à la façon dont les technosciences contribuent à des formes d’invisibilisation, ainsi qu’aux logiques plus ou moins consciente d’éviction qui sont à l’œuvre dans les processus d’innovation.

Date : Du 16 au 19 Juin 2020

Lieu : Saint-Malo

Lien de candidature : http://labex.ifris.org/candidature-ecole-thematique-etape-1-2/

Date fermeture inscription : Le 19 avril 2020

Appel à participation 2020

Retour sur l’édition 2019 du Festival du cinéma des « Utopies Réelles » – (Vidéos des débats)

Fort de la réussite de sa 1ère édition en 2018, le Festival du Cinéma des Utopies Réelles a eu le droit à une 2ème  édition sur le thème « d’Habiter autrement les territoires » les 4 & 5 octobre 2019.  

Pour rappel, autour d’un ensemble de documentaires, courts et longs métrages, cet événement vous propose de faire plus ample connaissance avec quelques-unes de ces initiatives innovantes et d’en débattre.

Accueilli par le cinéma Les Variétés d’Hendaye, le Festival a permis d’exposer et d’analyser un ensemble de questions et de propositions qui touchent à l’innovation sociale. Cette édition, avait pour thème le pouvoir d’agir des habitant.e.s notamment dans la fabrique de territoires métropolitains de plus en plus réticulaires qui englobent les villes, leurs périphéries et les campagnes attenantes. Elle a permis d’interroger la place qu’y ont les habitant.e.s et la place qu’ils y prennent aujourd’hui. Quelles innovations sociales pour y (re-)faire société? Que nous enseignent les initiatives des acteur.rice.s sociaux qui cherchent à  « habiter autrement » ?

Chaque question était introduite par un documentaire sélectionné par un Comité scientifique et artistique, servant ainsi d’appui à un débat, animé par un.e chercheur.se, le.a réalisateur.trice et un.e acteur.rice de terrain.

Afin de pouvoir revivre pleinement ces moments, nous vous invitons à revoir l’ensemble des débats de cet événement.

Vidéos Utopies Réelles 2019

⬆️