Actualités

[Débats du CAK] – Comment la catégorie de race fut-elle construite ? Ouvrage « Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècle) » le 19/01/22 à 10h

Mercredi 19 janvier 2022, 10h-12h, Centre de colloques, salle 100

Comment la catégorie de race fut-elle construite ?

Débat avec Jean-Frédéric Schaub (EHESS, Mondes américains, CRBC) et Silvia Sebastiani (EHESS, CRH, GEHM) autour de l’ouvrage :

Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècle) (Albin Michel, octobre 2021)

Discutant.e.s : Claude Blanckaert (CNRS, CAK) et Catarina Madeira Santos (EHESS, Imaf, GEI-CRH)

Page du Débat : à venir

Comité d’organisation
Emanuel Bertrand (ESPCI Paris-PSL, CAK), Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK), Alice Jourdan (EHESS, CAK),  Rafael Mandressi (CNRS, CAK), Anne Rasmussen (EHESS, CAK), Antonella Romano (EHESS, CAK), Huiyi Wu (CNRS, CAK).

[Débats du CAK] – Comment relater le monde à la Renaissance ? – Ouvrage « Le monde de Giovanni Botero »  le 15/12/2021 à 10h

Mercredi 15 décembre 2021, 10h-12h, Centre de colloques, salle 100

Comment relater le monde à la Renaissance ?

Débat avec Elisa Andretta (CNRS, LARHRA), Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle), Antonella Romano (EHESS, CAK) autour de l’ouvrage :

Le monde de Giovanni Botero (Viella, à paraître en novembre 2021)

Discutant.e.s : José Beltran (CNRS, CAK) et Charlotte de Castelnau (Université de Paris, ICT)

Page du Débat : à venir

Comité d’organisation
Emanuel Bertrand (ESPCI Paris-PSL, CAK), Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK), Alice Jourdan (EHESS, CAK),  Rafael Mandressi (CNRS, CAK), Anne Rasmussen (EHESS, CAK), Antonella Romano (EHESS, CAK), Huiyi Wu (CNRS, CAK).

[Débats du CAK] – Qu’est-ce qu’une guerre froide académique ? Universidad, revolución y dólares. Dos estudios sobre la Guerra Fría cultural en el Uruguay de los sesenta le 17/11/2021 à 10H

Mercredi 17 novembre 2021, 10h-12h, Centre de colloques, salle 100

Qu’est-ce qu’une guerre froide académique ?

Débat avec Vania Markarian (Archivo General de la Universidad de la República) autour de l’ouvrage :

Universidad, revolución y dólares. Dos estudios sobre la Guerra Fría cultural en el Uruguay de los sesenta (Debate, 2020)

Discutant.e.s : Nicolas Ellison (EHESS, CERMA) et Antonella Romano (EHESS, CAK)

Page du Débat : à venir

[Débats du CAK] – L’histoire de la philosophie : une entreprise coloniale ? – 13/10/2021 à l’EHESS à 10h30

La 16e saison des Débats du Centre Alexandre-Koyré se tiendra d’octobre 2021 à janvier 2022 au Campus Condorcet à Aubervilliers.

À l’occasion de la sortie récente d’un ouvrage d’histoire des sciences et des techniques (au sens large), nous invitons son auteur.e à débattre avec deux discutant.e.s privilégié.e.s ainsi qu’avec l’ensemble de l’auditoire.

Informations pratiques : Les séances ont lieu un mercredi par mois, de 10 à 12h sauf exception. Le programme, l’horaire et le lieu sont précisés ci-dessous. Le format (présentiel, en ligne ou hybride) est susceptible d’évoluer en fonction de la situation sanitaire. Plus d’informations à venir sur la page de chaque Débat.

Mercredi 13 octobre 2021, 10h30-12h30,

Campus Condorcet, bâtiment EHESS, salle 50 (rez-de-chaussée)

2 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers

L’histoire de la philosophie : une entreprise coloniale ?

Débat avec Catherine König-Pralong (EHESS, CAK) autour de l’ouvrage :

La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe et XIXe siècles (Éditions de l’EHESS, 2019)

Discutant.e.s : Bruno Karsenti (EHESS, LIER-FYT) et Anne Rasmussen (EHESS, CAK)

Page du Débat : ici

[RAC]- Appel à articles – Nature(s) au travail Ethnographier les frontières anthropologiques du travail Les frontières anthropologiques du travail : les SHS à l’épreuve du naturalisme

APPEL à article
La Revue d’Anthropologie des Connaissances a lancé l’appel à articles ci-joint sur:
 Nature(s) au travail – Ethnographier les frontières anthropologiques du travail
Les frontières anthropologiques du travail : les SHS à l’épreuve du naturalisme

Date limite de réception des résumés : 24 novembre 2021
https://journals.openedition.org/rac/25329

Parution Conflict of Interest and Medicine. Knowledge, Practices and Mobilizations (2021) -Coordonné par Boris Hauray, Henri Boullier, Jean-Paul Gaudillière et Hélène Michel

L’équipe du projet MEDICI (ANR-16-CE26-0007) est ravie d’annoncer la parution de l’ouvrage collectif préparé dans de ce projet ANR qui portait sur les conflits d’intérêts dans le domaine du médicament, aux éditions Routledge.
 
Coordonné par Boris Hauray, Henri Boullier, Jean-Paul Gaudillière et Hélène Michel, Conflict of Interest and Medicine. Knowledge, Practices and Mobilizations synthétise, en 11 chapitres (et une riche introduction !), les enquêtes conduites en France, en Europe et aux Etats-Unis par les membres du projet et par des chercheur.e.s invité.e.s à l’occasion de sa conférence finale. Vous trouverez ci-dessous une présentation de l’ouvrage et son sommaire – un flyer pour le commander à prix réduit est disponible ici.
 
 
Résumé.
 
Dans le contexte d’une critique croissante de l’influence de l’industrie pharmaceutique sur les médecins, les scientifiques ou les politiques, cet ouvrage propose une analyse des « conflits d’intérêts » ancrée dans les sciences sociales, avec des perspectives issues de la sociologie, de l’histoire, des sciences politiques et du droit. Sur la base d’enquêtes empiriques approfondies menées en France, au sein de l’Union européenne et aux États-Unis, les contributions réunies dans cet ouvrage analysent le développement des conflits d’intérêts en tant que question sociale et la manière dont ils influencent la production des connaissances médicales, le travail des médecins, ainsi que le cadrage des crises et controverses sanitaires. Ce faisant, ces analyses apportent une nouvelle compréhension des transformations de l’économie politique du savoir pharmaceutique, de la politisation des risques de santé publique et de la promotion de la transparence dans la science et la vie publique. Complétant les études plus normatives et quantitatives qui dominent aujourd’hui, ce livre intéressera les chercheurs dans un large éventail de domaines, notamment les études sociales des sciences et de la technologie, la sociologie de la santé et de la maladie, ainsi que la sociologie et l’éthique politiques. Il constituera également une ressource précieuse pour les professionnels de la santé, les scientifiques ou les administrations confrontés à la question de l’influence des entreprises pharmaceutiques.
 

Sommaire.

Introduction: Conflict of Interest and the Politics of Biomedicine
Boris Hauray, Henri Boullier, Jean-Paul Gaudillière and Hélène Michel


Part 1. Knowledge and Expertise1. A Genealogy of Conflict of Interest
Boris Hauray
2. « Conflict of Interest » or Simply « Interest »? Shifting Values in Translational Medicine
Melanie Jeske

3. Managing Conflicts of Interest at the European Medicines Agency: Success or Weakness of the Soft Law Tools?
Annie Martin

4. From the Management of Conflicts of Interest to the Transformation of Medical Experts’ Profiles. The Members of the Transparency Committee in France (2000–2020)
Jérôme Greffion and Hélène Michel

 

Part 2. Physicians and the Framing of Prescription Practices

5. Conflicts of Interest in Medical Practice: Causes and Cures
Marc Rodwin

6. In Whose Best Interest? Framing Pharmacists’ and Physicians’ (Conflicts of) Interest in the French Market for Generic Drugs
Etienne Nouguez

7. The Politics of Industrial Transparency. Constructing a Database on the Pharmaceutical Funding of the Health Sector
Henri Boullier and Jérôme Greffion

8. Scientific Marketing and Conflict of Interest: Lessons From the Hormone Replacement Therapies (HRT) Crisis
Jean-Paul Gaudillière

Part 3. Mobilizations and Controversies

9. « This Corporation Has ‘Anesthetized’ the Actors in the Drug Chain ». Influence Peddling and the Normality of Conflicts of Interest in the Mediator® Scandal
Solène Lellinger and Christian Bonah

10. For Science, by Science. The Emergence and Circulation of Conflict of Interest as a Protest Repertoire to Fight Against Pesticides
Giovanni Prete, Jean-Noël Jouzel and François Dedieu

11. Conflict of interest, Capture, Production of Ignorance, and Hegemony: Conceptualizing the Influence of Corporate Interests on Public Health
Henri Boullier, Jean-Paul Gaudillière, Boris Hauray and Emmanuel Henry

Postface: Conflict of Interest, Industry Hegemony and Key Opinion Leader Management
Sergio Sismondo

[Soutenance] HDR d’Allison Loconto (LISIS) le 19/10/2021

Allison Loconto (LISIS) soutiendra son Habilitation à diriger les recherches (HDR) au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) à l’Université Toulouse – Jean Jaurès qui aura lieu en visioconférence le 19 octobre à partir de 14h00.

Le dossier de HDR comporte trois volumes, parmi eux, le mémoire original intitulé « Vade me cum : L’Intermédiation de la consommation et production durables ». Vous trouverez un résumé du dossier en pièce jointe.

Le jury sera composé de :

Franck Cochoy (Université Toulouse Jean Jaurès), Sophie Dubuisson-Quellier (CNRS, SciencesPo), Claire Lamine (INRAE, Écodéveloppement), Morgan Meyer (CNRS, MinesParisTech), et Pascale Trompette (CNRS, Université Grenoble Alpes).

Le lien pour suivre en live streaming est le suivant : https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=2E2kf5U4&width=100%&height=100%

Au moment de la délibération, il y aura une pause dans la rediffusion car le live sera coupé. Il faudra donc rafraîchir le lien Prismes afin de récupérer le streaming une fois la délibération soit terminée.

[Science, Technology and Human Values] – « Beyond the Production of Ignorance: The Pervasiveness of Industry Influence through the Tools of Chemical Regulation » et « Beyond the Production of Ignorance: The Pervasiveness of Industry Influence through the Tools of Chemical Regulation « 

Suite au colloque « Pervasive powers. Corporate authority in the shaping of public policy » tenu en juin 2018 à l’Université Paris Dauphine, deux publication sont parues :
La première publication est un numéro spécial de la revue Science, Technology and Human Values titré Beyond the Production of Ignorance: The Pervasiveness of Industry Influence through the Tools of Chemical Regulation (déjà accessible)
La seconde publication est un ouvrage collectif paru aux éditions Routledge titré Pervasive Powers. The Politics of Corporate Authority (ouvert à la pré-commande)
Ces publications rassemblent les contributions des chercheur.se.s d’horizons disciplinaires variés (histoire, sociologie, science politique, Science and Technology Studies) qui proposent d’analyser le pouvoir que les grandes entreprises et les industries exercent sur les régulations publiques et le monde social par le biais des instruments, espaces et répertoires d’action que celles-ci emploient.
Vous trouverez ci-dessous les résumés,

« Research on the influence of industry on chemical regulation has mostly been conducted within the framework of the production of ignorance. This special issue extends this research by looking at how industry asserts its interests––not just in the scientific sphere but also at other stages of policy-making and regulatory process––with a specific focus on the types of tools or instruments industry has used. Bringing together sociologists and historians specialized in Science and Technology Studies (STS), the articles of the special issue study the arenas in which instruments and practical guidelines for public policy are negotiated or used. The aim is to observe the devices in the making or in action, from the selection of actors to the production of thresholds, criteria, and other technical regulations. The introduction highlights how industry influence on expertise and regulation is undoubtedly far more pervasive and multifarious than has been conceptualized to date by social scientists. Putting this issue back at the heart of both the STS and social sciences research agendas is increasingly urgent and could lead to new inquiries able to highlight these logics even more widely, using fresh empirical examples. »

Résumé de l’ouvrage collectif Pervasive Powers. The Politics of Corporate Authority

« In an era of systemic crisis and of global critiques of the unsustainable perpetuation of capitalism, Pervasive Powers: The Politics of Corporate Authority critically questions the conditions for the maintenance and expansion of corporate power. The book explores empirical case studies in the realms of finance, urban policies, automobile safety, environmental risk, agriculture, and food in western democracies. It renews understanding of the power of big business, focusing on how the study of temporalities, of multi-sited influence and of sociotechnical tools is crucial to an analysis of the evolution of corporate authority.

Drawing on different literatures, ranging from research on business associations and global governance to that on the social production of ignorance or on corporate crime, this book aims at contributing to existing works on the capacity of corporations to rule the world. Unlike approaches focused on economic elites and on the political activities of firms, it goes beyond analysis of the power of corporations to influence policy-making to depict their unprecedented capacity to transform and shape the social world. Operating in numerous social spaces and mobilizing a wide range of strategies, corporate organizations have acquired the pervasive power to act far beyond mere spaces of regulation and government. »

 

Sara Angeli Aguiton, Marc-Olivier Déplaude, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Valentin Thomas,

Soutenance de thèse de Maël Goumri « Apprivoiser le cygne noir, Construction et circulation des savoirs et des ignorances dans le gouvernement de l’accident nucléaire majeur » lundi 27 septembre 2021 à 9h30

Maël Goumri soutiendra sa thèse de doctorat en Sciences Techniques et Société intitulée « Apprivoiser le cygne noir, Construction et circulation des savoirs et des ignorances dans le gouvernement de l’accident nucléaire majeur » préparée à l’Université de Paris (ex. Paris Descartes), au laboratoire Cermes3 (UMR 8211 CNRS-INSERM-EHESS-Université de Paris) sous la direction de Soraya Boudia.
La soutenance se tiendra publiquement dans un format hybride (en présentiel et en ligne) :
le lundi 27 Septembre 2021 à 9h30
A l’Université de Paris, Campus Saint-Germain-des-Prés
45 Rue des Saints Pères – 75006 Paris

 

Devant un jury composé de :
  • Bernadette Bensaude-Vincent, Professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne,
  • Olivier Borraz, Directeur de Recherche, CNRS/Sciences Po,
  • Soraya Boudia, Professeure des Universités, Université de Paris, (directrice de thèse)
  • Olivier Chanton, Chercheur, Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire,
  • Sylvie Ollitrault, Directrice de Recherche, CNRS / Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique,
  • Carsten Reinhardt, Professeur, Universität Bielefeld (rapporteur),
  • Paul-André Rosental, Professeur des Universités, Sciences Po (rapporteur).
Ce travail de thèse a obtenu le soutien financier de l’IRSN, de l’IFRIS et du Comité d’Histoire de l’Électricité et de l’Énergie de la fondation EDF.

 

Compte tenu des conditions sanitaires actuelles, le nombre de places disponibles dans la salle est limité et son accès supposera un passe sanitaire (preuve de vaccination, de test ou de guérison). Pour des contraintes d’organisation, je vous serai reconnaissant d’avertir de votre présence au plus tard le 24 septembre à mael.goumri@cnrs.fr en précisant si vous souhaitez y assister en présence ou en ligne pour obtenir le lien de visioconférence.
La soutenance en présentiel sera suivie d’un pot convivial. Pour faciliter son organisation, je vous remercie de confirmer également votre présence au pot avant le 24 septembre par mail.

 

Résumé : Les accidents nucléaires graves ont, à plus d’un titre, un statut paradigmatique dans le monde de la gestion des risques et des crises ainsi que dans les sciences sociales qui les étudient. Ils ont conduit à de nombreux travaux identifient l’émergence de risques nouveaux (Lagadec 1981, Beck 1986, Godard et al. 2002). Ils symbolisent « l’accident industriel majeur » tel que l’on peut se le représenter, en raison d’une part des dégâts incommensurables qu’ils entrainent (dans l’espace et dans le temps) et de leur imprévisibilité d’autre part. Pourtant, contrairement à plusieurs affaires et scandales qui sont apparus au fil des développements technologiques (Callon & Lascoumes 2001, Blic & Lemieux 2005), le nucléaire se distingue par son haut degré de maîtrise scientifique et technique. La question de l’accident a été traitée par les experts dès le début de son développement et a été largement investie par les acteurs à travers de nombreuses recherches et des choix prudents réalisés par une communauté d’experts très internationalisée. Or comment expliquer, malgré une accumulation inédite de savoirs et un investissement important de la question par les experts, que l’accident nucléaire majeur demeure aussi incertain ? C’est à cette question que cherche à répondre la thèse. Elle montre que malgré les tentatives des ingénieurs et experts de prévenir l’accident, leurs activités se heurtent à l’incertitude radicale qui caractérise le fonctionnement de cette technologie et qui rend la prévision de l’accident particulièrement difficile. Pour ce faire, la thèse analyse les activités d’expertise de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire français, tant en France que sur la scène internationale, autour du risque d’accident de « fusion du cœur » nucléaire. Cet accident se produit lorsque les dispositifs techniques ne permettent plus de refroidir le cœur. Il conduit à l’augmentation de la température du cœur au-delà de 1200°C puis 2000°C qui fait fondre le combustible nucléaire qui forme alors un magma hautement radioactif appelé « corium » difficilement contrôlable. Le corium fait tout fondre sur son passage. Il constitue un risque majeur que l’industrie nucléaire tente à tout prix d’éviter en raison de son caractère imprévisible et difficilement contrôlable. Pour comprendre la manière dont ce risque a été traité au fil du temps, la thèse identifie trois ontologies de l’accident qui impliquent des réponses différentes de la part des acteurs. Ces trois ontologies constituent les trois parties de la thèse. L’accident hypothétique (1) est le résultat d’un processus actif porté par les acteurs qui imaginent l’accident possible et proposent des parades pour le rendre non-crédible à défaut de le rendre physiquement impossible. L’accident contenu (2) qui apparait dans les années 1970 est une conception des acteurs visant à démontrer que si la fusion du cœur se produit, elle peut être contenue au sein du réacteur grâce à des dispositifs techniques robustes, permettant ainsi d’éviter la catastrophe. L’accident majeur (3) symbolisé par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima est un état où les acteurs du nucléaire prennent acte de la plausibilité d’une catastrophe et mettent en place des dispositions pour tenter de limiter les conséquences de l’accident, malgré l’incertitude radicale qui (paradoxalement) se renforce avec l’avancée des connaissances.

Mots clefs : Nucléaire, transnationalisation des risques, circulation des savoirs, expertise, risque majeur, accident grave, accident industriel, incertitude radicale, ignorance, diplomatie scientifique.

⬆️