Marine Al Dahdah


Poste

Doctorante

Institution de rattachement

Centre Population & Développement (CEPED) - IRD

Directeur de thèse

DESGRÉES du LOÛ Annabel
en co-direction avec : Cécile Méadel, Centre de sociologie de l’Innovation, Ecole des Mines- Paritech

Titre de la thèse

mHealth, santé des femmes et VIH : Analyse sociotechnique des dispositifs de lutte contre le sida.

Résumé du projet de thèse

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent de nombreuses possibilités d’application dans le domaine de la santé. Du « dossier patient » en ligne à l’envoi dématérialisé de données cliniques, les systèmes de santé du monde entier recourent de manière croissante à ces technologies dans un contexte de réduction des dépenses et des ressources de santé. Au cours des trois dernières années, de nombreux acteurs du secteur de la santé et des télécoms ont pris acte du potentiel économique et social de la santé sur téléphone portable et lancé plusieurs centaines de projets de mHealth, particulièrement dans les pays en développement où les systèmes de santé moins bien dotés n’arrivent pas à satisfaire les besoins de la population et où les acteurs privés ont plus facilement le champ libre pour «expérimenter». La littérature sur les actions de mHealth orientées VIH/Sida est encore peu développée et certains chercheurs pointent le manque de travaux de recherche sur ce sujet. Pour notre thèse nous avons décidé de nous intéresser plus particulièrement aux actions de mHealth auprès des femmes. Tout d’abord parce que, depuis 2002, les femmes représentent plus de la moitié des personnes vivant avec le VIH dans le monde. Par ailleurs, les femmes jouent un rôle central dans l’éducation, la transmission des valeurs et la santé au sein de la famille. Enfin, les femmes ont un rapport aux technologies d’information moins évident que les hommes dans la mesure où elles sont moins équipées et donc moins habituées à celles-ci, mais le téléphone mobile semble un cas particulièrement intéressant, car l’inégalité de genre est moins marquée que pour d’autres technologies. Certains programmes de lutte contre le VIH ont donc développé des applications mobiles dédiées aux femmes. Nous souhaitons nous pencher sur trois projets de mHealth consacrés à la prévention du VIH auprès des femmes, un en Inde – pays le plus touché au monde par la mortalité maternelle – et deux en Afrique Sub-saharienne – zone où les femmes sont les plus touchées par le VIH –nous permettrant d’évaluer l’impact de ces technologies et de dégager des éléments clés pour la mise en place de projets de sensibilisation au VIH via des supports mobiles.

Mots-Clés

mHealth, téléphone portable, femme, VIH/Sida, santé, pays en développement.

Zone géographique

Zone 1 (Inde), zone 2 (Ghana, Afrique du Sud).

Calendrier

Début 1er novembre 2013 et fin du projet en novembre 2016.

Discipline : Sociologie-Démographie

École doctorale : ED180

TOP