Actualités

Séminaire avec Ted Porter à l’UPEM – 25 Septembre 2018

Theodore Porter, professeur au département d’histoire de l’University of California – Los Angeles (UCLA), de passage au LATTS comme professeur invité UPEM, va présenter

Mardi le 25 septembre à 10 heures dans la salle de réunion du LATTS (B235) son dernier ouvrage :

Genetics in the Madhouse. The Unknown History of Human Heredity (Princeton University Press, 2018)

(https://press.princeton.edu/titles/11242.html).

Vous êtes cordialement invité à assister à cette présentation.

 

The untold story of how hereditary data in mental hospitals gave rise to the science of human heredity

In the early 1800s, a century before there was any concept of the gene, physicians in insane asylums began to record causes of madness in their admission books. Almost from the beginning, they pointed to heredity as the most important of these causes. As doctors and state officials steadily lost faith in the capacity of asylum care to stem the terrible increase of insanity, they began emphasizing the need to curb the reproduction of the insane. They became obsessed with identifying weak or tainted families and anticipating the outcomes of their marriages. Genetics in the Madhouse is the untold story of how the collection and sorting of hereditary data in mental hospitals, schools for « feebleminded » children, and prisons gave rise to a new science of human heredity.

In this compelling book, Theodore Porter draws on untapped archival evidence from across Europe and North America to bring to light the hidden history behind modern genetics. He looks at the institutional use of pedigree charts, censuses of mental illness, medical-social surveys, and other data techniques–innovative quantitative practices that were worked out in the madhouse long before the manipulation of DNA became possible in the lab. Porter argues that asylum doctors developed many of the ideologies and methods of what would come to be known as eugenics, and deepens our appreciation of the moral issues at stake in data work conducted on the border of subjectivity and science.

A bold rethinking of asylum work, Genetics in the Madhouse shows how heredity was a human science as well as a medical and biological one

[Recherche-Design] Post doctorants en sociologie de l’innovation

FICHE DE POSTE  

Chercheur postdoc en Sociologie de l’innovation numérique responsable

lécom ParisTech, UMR Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (i3-SES), Chaire INR, Paris

 

Date limite de soumission des candidatures : 15/10/2018

Intitulé du poste : Ingénieur de recherche – Post-doctorant

Entité/Service : TELECOM ParisTech / Département Sciences Economiques et Sociales (SES)  Lieu de travail : Paris ou Sophia (selon localisation géographique du candidat ; réunions à Paris) Type de contrat : CDD de 18 mois à temps complet

Date souhaitée dembauche : 1er décembre 2018

Candidatures : Lettre de motivation + CV, à envoyer à  

 valerie.fernandez@telecomparistech.fr et laura.draetta@telecomparistech.fr

 


 

1. CONTEXTE :

L’école d’ingénieur Télécom ParisTech et l’entreprise GEMALTO, leader mondial de la sécurité numérique, ont créé la Chaire de recherche et d’enseignement  Identité Numérique Responsable (INR).  Cette  chaire,  avec  une  approche  principalement  orientée  par  les  sciences  humaines  et sociales,  s’intéresse à la gestion, la protection et la sécurisation de la pluralité d’identités pour un même individu, générées par le développement  du numérique,  et constituées  de données à la fois personnelles, déclaratives et comportementales, dans ses diverses activités (professionnelles,

sociales,  de  consommation,…).  Pour  sa  phase  de  préfiguration,  la  Chaire  a  lancé  un  1er  axe  de

recherche   portant   sur  une  approche   sociologique   de  la  thématique   « identité   numérique responsable » ainsi que la création d’un Think-Tank  académique  multidisciplinaire  sur la même thématique.

Dans ce cadre, avec le soutien de l’entreprise GEMALTO, le département Sciences Economiques et Sociales de l’école Télécom Paristech ouvre un appel à candidature pour un poste d’ingénieur de recherche (post-doctorat) en sociologie de l’innovation numérique responsable. Sur une durée de

18 mois, à partir du 1er décembre 2018, le candidat réalisera ses missions au sein de la Chaire INR.

 

2. MISSION : Recherche scientifique et animation du Think-Tank

Dans le cadre de la préfiguration de la Chaire INR, sur une durée de 18 mois, le post-doc réalisera un  travail  de  recherche  sur  le  thème  :  « Identité Numérique  Responsable :  quels  vecteurs  de confiance ?  Représentations  sociales  et  parcours  d’usages,  entre  régulation  et  empowerment  ».  Il sera également  en  charge  de  l’animation,  la  logistique  et  le  secrétariat  du  Think-tank  auquel  la recherche sera adossée.

 

3. ACTIVITES PRINCIPALES :

 

3.1   Recherche

Sous  la  direction   d’enseignants-chercheurs   du  département   SES,  le  candidat   articulera   sa recherche en (I) une partie exploratoire,  portant sur les représentations sociales et les débats en cours  dans  la sphère  publique,  institutionnelle  et techno-scientifique,  sur la thématique  de la gestion, protection et régulation des identités numériques ; et (II) une partie prospective, portant sur  l’identification  et  la  caractérisation  de  parcours  d’usage,  à  partir  de  l’exploitation  d’une enquête ethnographique par observation et entretiens.

Le candidat  réalisera  sa mission de recherche  sur la base d’un cadre théorique  qu’il devra lui- même construire au carrefour de la sociologie de l’innovation, la sociologie des usages et les STS. Le terrain de sa recherche sera à Sophia Antipolis, sur le site du Campus SophiaTech et/ou à Paris, sur des sites de ParisTech (à définir).

Les livrables de cette recherche consisteront en :

1)    Des comptes-rendus mensuels à l’attention des encadrants

2)    Des présentations trimestrielles à livrer à l’occasion des réunions du Think-Tank

3)    Des rapports de recherche semestriels et un rapport final

4)    Un article scientifique accepté dans une revue/conférence à comité de lecture

 

3.2 Think-Tank

La recherche  sociologique  menée par le post-doc  sera adossée à un Think-Tank  ou Groupe de Travail (GT) interdisciplinaire  et multipartenarial  qui sera en charge d’accompagner  le travail du post-doc  et  de  produire  des  connaissances  à  la  destination  des  politiques  publiques  ou  des industriels.

Conçu comme un lieu d’émergence et de valorisation de résultats de la recherche, le think-tank INR  sera  hébergé   par  l’Observatoire   pour  l’Innovation   Responsable   de  l’école  des  Mines- ParisTech.  Les résultats de son travail seront rendus publics par une conférence  et un position paper. Le think-tank sera composé de 3 cercles : un noyau exécutif, un comité de pilotage et un cercle des membres (le GT, à proprement parler).

Le post-doc  sera en charge de l’animation,  la logistique  et le secrétariat  du Think-Tank.  Il fera partie du cercle des membres et du noyau exécutif. Il organisera et animera les réunions du GT. Au nombre de 4 sur la période de 18 mois, ces réunions se tiendront sur le format du workshop, avec une thématique différente à chaque fois et des interventions  ad hoc assurées en tandem, par les membres du GT à tour de rôle et par le post-doc. Pour assurer la logistique des réunions, le post-doc pourra s’appuyer sur les services ad hoc de l’Observatoire de l’Innovation Responsable et du département SES de Télécom ParisTech.

 

3.3 Enseignement

Le candidat assurera au moins une séance de 3h dans le cours Innovation Responsable dispensé par le département  SES à Télécom  ParisTech.  La séance  sera  conçue  comme  un séminaire  et pourra s’appuyer sur les résultats de la recherche menée dans le cadre de la Chaire.

 

3.4 Encadrement et tutorat

–         Pour ses activités de recherche, le post-doc sera sous la direction scientifique de Laura Draetta (MCF en sociologie), Valérie Fernandez (Professeur en Sciences de gestion) et Marc Relieu (Ingénieur d’études en ethnométhodologie), coordinateurs de l’étude.

–        Pour ses missions au sein du Think-tank, il sera encadré par le/s coordinateur/s de la Chaire

 

3.5 Participation à la notoriété de la Chaire, de l’Ecole et de l’Institut Mines-Télécom

–        Participe et contribue à l’animation de la Chaire INR

–        Contribue à la conception des documents de valorisation de la Chaire

–        Publie les résultats de ses travaux de recherche, en collaboration avec les encadrants

–        Réalise des présentations et des conférences scientifiques et grand public

–        S’implique dans les sociétés savantes ou professionnelles

–        Entretient des relations étroites avec les institutions académiques, les centres de recherche

et les entreprises

 

3.6 Divers

–        Participe à l’animation scientifique, pédagogique et de gestion du Département ou de

l’Institution

–        Rend compte des activités et des résultats qui relèvent des missions dont il a la charge

 

4. FORMATION ET COMPETENCES :

Niveau de formation et/ou expérience requis :

–        Doctorat en STS, sociologie ou sciences de gestion

 

Comtences, connaissances et expériences indispensables :

– Connaissance théorique et pratique approfondie dans les domaines des STS, de la Sociologie des Usages ou de la Sociologie de l’innovation.

– Expérience d’enquête de terrain

o  Observation ethnographique

o  Entretiens semi-directifs

o  Questionnaires

– Maîtrise réelle de l’anglais (oral et écrit)

– Expérience  de  fouille/analyse  qualitative  de  données  (littérature,  presse,  pages

web) avec maîtrise de logiciels d’analyse textuelle (QDA Miner, Atlas TI, etc.)

 

Capacités et aptitudes :

–        Capacité à travailler en équipe, aptitude au dialogue et à la rédaction

–        Capacité communicationnelle

–        Autonomie

–        Aptitude à la synthèse

–        Mobilité

 

5. LIEU DE TRAVAIL et DEPLACEMENTS :

Le candidat, recruté par Télécom ParisTech, sera rattaché au Département SES et basé indifféremment  sur le site de Sophia  Antipolis  (unité  Deixis-Sophia)  ou celui  de Paris.  Dans  le cadre de sa mission de recherche,  il sera amené à être sur le terrain du Campus SophiaTech  à Sophia Antipolis.

 

6. REMUNERATION :

Selon les grilles en vigueur de l’Institut Mines-Telecom, ministère de l’Economie et de l’Industrie.

Festival du cinéma des « Utopies Réelles » – 23-24 Novembre 2018 – Cinéma « Les Variétés » à Hendaye

Monnaies locales, économie solidaire et circuits courts, démocratie participative et économie collaborative… Nous entendons de plus en plus souvent ces expressions.

De quoi s’agit-il ?

D’un refus sans avenir de la modernité ou bien d’innovations durables ?

D’élucubrations de doux rêveurs ou bien d’utopies réalistes ?

Suffit-il de s’effrayer des ravages du productivisme pour implanter de façon durable de nouvelles pratiques économiques, sociales, politiques qui allient respect de l’environnement, soutenabilité économique et solidarité sociale ?

Autour d’un ensemble de documentaires, courts et longs métrages, cette première édition du festival du cinéma des utopies réelles vous propose de faire plus ample connaissance avec quelques-unes de ces initiatives innovantes de production, de distribution, d’échange, de gouvernance locale et d’en débattre.

Accueilli par le cinéma Les Variétés d’Hendaye, le festival exposera et analysera un ensemble de questions et de propositions qui touchent à l’innovation sociale dans le monde rural. Chaque question sera introduite par un documentaire sélectionné par un comité scientifique et artistique, qui servira d’appui à un débat, animé par un.e chercheur.se, le.a réalisateur.trice et un.e acteur.rice de terrain.

 

Festival du Cinéma des Utopies réelles

Rencontres cinéma & innovation sociale, Hendaye 23-24 novembre 2018

 

Jour 1. S’installer, produire, distribuer, gouverner

 

Film durée intervenants
Produire

L’éveil de la permaculture

 (10h-12h30)

 

82′

Président : Pierre-Benoît Joly (INRA-LISIS)

Chercheur discutant : Marion Charbonneau (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Acteur : Franck Meymerit, CIVAM-Béarn*

Réalisateur : Adrien Bellay*

Pause déjeuner

 

S’installer

Anaïs s’en va en guerre

 (13h30-15h30)

 

45′

 

 

Président: François Dedieu (INRA-LISIS)

Chercheur discutant: Nathalie Corade (Bordeaux Sciences Agro)

Acteur : Valentin Joly (jeune agriculteur, Pau)

Réalisatrice : Marion Gervais*

Distribuer

Food coop.  

(16h-18h30)

 

104′

Présidente : Scarlett Salman (UPEM-LISIS)

Chercheur discutant : Vincent Angel (Université de  Bordeaux)

Acteur: Otsokop

Réalisateur : Tom Boothe*

Gouverner face aux difficultés

Grande-Synthe, la ville où tout se joue

(21h-23h30)

 

 

 

90′

Président : Vincent Spenlehauer (Ponts-ParisTech-LISIS)

Chercheur discutant : François-Mathieu Poupeau (Ponts-ParisTech-LATTS)

Acteur : Damien Carême, maire de Grande Synthe*

Réalisatrice: Béatrice Camurat-Jaud

 

 

Jour 2. Echanger, inventer l’avenir

 

Titre Durée Intervenants
Echanger

Devises citoyennes

(10h-12h)

 

52′

 

 

Président: Yannick Lung (Université de  Bordeaux-Chaire CRISALIDH)

Chercheur discutant : Marie Fare (ENS Lyon-Triangle)

Acteur : Dante Edme-Sanjurjo, Euskal moneta

Réalisateur: Jérôme Florenville

Pause déjeuner
Inventer l’avenir?

Irrintzina, le cri de la génération climat

 (13h30-16h)

102′ Président : Luc Paboeuf (Université de  Bordeaux-Chaire CRISALIDH)

Chercheur discutant : Txomin Poveda (Université de Pau)

Acteur : Caroline Phillips, présidente du conseil de développement du pays basque

Co-réalisatrice : Sandra Blondel

Inventer l’avenir?

(16h30-19h)

96′ Nul homme n’est une île de Dominique Marchais

 

* Sous réserve.

Les inscriptions des membres IFRIS voulant participer à l’événement sont entièrement prises en charge par le festival dans la limite des places disponibles. N’hésitez donc pas et inscrivez-vous dès à présent ! 

Liens vers bulletin d’inscription :

Membres IFRIS

Membres Externe

Offre de contrat post-doctoral : Sociologie des sciences / sociologie de la santé

Offre de contrat post-doctoral

Sociologie des sciences / sociologie de la santé

 

L’Univ. Grenoble Alpes recrute un.e post-doctorant.e en sociologie au laboratoire PACTE,

dans le cadre du projet IRS « Soc-Epi » financé par l’IDEX Université Grenoble Alpes.

 

Contexte. Parfois considérée comme un changement de paradigme pour la recherche biomédicale et les politiques de santé, l’épigénétique signifie au sens littéral, ce qui se situe « au-dessus » ou « au-delà » de la génétique. Le projet Soc-Epi interroge comment l’épigénétique peut renouveler l’analyse de l’incorporation biologique de l’environnement physique, matériel et/ou social. Soc-Epi associe sociologie des sciences et de la santé, épidémiologie environnementale et épigénétique, pour explorer les agendas « biosociaux » de l’épigénétique et leur traduction dans des politiques sociales et de santé. Le projet est porté par le laboratoire PACTE et associe 5 équipes (PACTE ; Institute for Advanced Biosciences, Grenoble ; Techniques de l’Ingénierie Médicale et de la Complexité – Informatique, Mathématiques et Applications, Grenoble ; Unité Inserm 1027, épidémiologie, Toulouse ; laboratoire interdisciplinaire sciences, santé et société, Cermes3, Paris).

Rôle du/de la post-doctorant.e et intégration dans le projet SocEpi: Conduite d’enquêtes de terrain (collecte de données par entretiens et observations, retranscriptions, analyse de contenu) ; Organisation et animation d’ateliers interdisciplinaires associant épigénétique, épidémiologie et sociologie.

Le/la post-doctorant.e. sera recruté.e pour une durée de 18 mois à partir du 1er octobre 2018. Il/elle sera accueilli.e au sein de l’équipe Régulations du laboratoire PACTE où il/elle travaillera en étroite collaboration avec Séverine Louvel (MCF HDR en sociologie des sciences, Sciences Po Grenoble, responsable scientifique du projet), Cherry Schrecker (PR en sociologie, UGA) et Solène Billaud (MCF en sociologie, UGA).

Profil attendu. Thèse en sociologie des sciences et/ou de la santé avec une bonne maîtrise des techniques d’enquête qualitative (entretiens, observations) ainsi qu’un très bon niveau en anglais. Il est par ailleurs attendu que le post-doctorant valorise – seul ou en collaboration avec des membres du projet – les résultats de sa recherche dans des communications et des publications nationales ou internationales. La connaissance préalable de l’épigénétique n’est pas un prérequis, en revanche une familiarité avec les problématiques de santé publique sera un atout.

Pour candidater. Les candidat.e.s doivent être titulaires d’un doctorat ou d’un diplôme universitaire équivalent à un doctorat européen (8 années d’études).

Constitution du dossier de candidature :

une lettre de candidature en anglais

– Le dernier diplôme

Un CV

Deux lettres de recommandation

Envoi des candidatures : severine.louvel@iepg.fr et cherry.schrecker@univ-grenoble-alpes.fr

Calendrier

-date limite d’envoi des dossiers de candidature : le 15 juillet 2018 à midi (CET)

-Vérification de l’éligibilité et décision d’admissibilité : le 31 août 2018

-Entretiens de recrutement : Septembre 2018

-Début du contrat: 1er octobre 2018

Colloque REPERE : le 27 juin 2018 à la MSH, Paris Nord

Les recherches participatives pour la transition écologique

Constructions, savoirs, évaluations et appuis aux/des politiques publiques

Colloque Repere, MSH, Paris Nord, 27 juin 2018

La complexité des enjeux environnementaux, sociaux et économiques d’un développement durable et l’urgence d’y faire face nécessitent plus que jamais que les politiques publiques s’appuient sur les connaissances issues de la recherche. En outre, les mutations liées à une transition écologique et solidaire requièrent une implication de l’ensemble des acteurs sociaux : les connaissances apportées par chacun de ces acteurs doivent contribuer efficacement à la réalisation de cette transition tout en rencontrant l’adhésion de l’ensemble de la société.

Au regard de ces enjeux, le programme « Repere » du Ministère de la transition écologique et solidaire organise le 27  juin 2018 un colloque sur les recherches participatives, qui interrogera la construction des savoirs produits par ces recherches, leur évaluation et leur appui aux politiques publiques en matière de transition écologique.

Le colloque vise également à faire un point sur les dispositifs de participation des parties prenantes à l’orientation de la recherche : au-delà de la capitalisation des acquis du programme « Repere », une confrontation avec d’autres expériences permettra un enrichissement mutuel des expériences. La richesse et l’efficacité des débats s’appuieront d’une part sur des retours d’expériences concrets et sur une participation active des ministères concernés, des organismes de recherche et d’expertise et des principales alliances engagées dans la réflexion autour ces thèmes.

Inscription sur le site du programme gratuite mais obligatoire avant le 25 juin midi

Programme

9h00 – 9h30 Accueil
INTRODUCTION
  • Allocution de Laurence Monnoyer-Smith, CGDD – MTES
  • Introduction au colloque par Bernard Ancori, Commission pluraliste REPERE

CONSTRUCTIONS : Quels dispositifs de construction des savoirs ?

  • Introduction à la thématique par Aude Lapprand, Sciences citoyennes
  • Table ronde avec les équipes Voce et Survivors, ainsi qu’avec Xavier Verzat, ATD Quart Monde
  • Discussion avec la salle

SAVOIRS : Quelle est l’originalité des savoirs ainsi produits ?

  • Introduction à la thématique par Jean-Paul Billaud, NSS-Dialogues
  • Table ronde avec les équipes Repere-Masson et Oscar, ainsi qu’avec Aurélien Barrau, Université Grenoble Alpes, Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie, CNRS, IN2P3)
  • Discussion avec la salle
13h10 – 14h30 Déjeuner sur place
EVALUATIONS : Quelle appréhension du caractère novateur de ces savoirs pour la transition écologique, tant sur le plan scientifique que sociétal ?
  • Introduction à la thématique par Jean-Baptiste Narcy, AScA
  • Table ronde avec les équipes AGVT et Particitae, ainsi qu’avec Xavier Hulloven, Innoviris – Bruxelles
  • Discussion avec la salle

APPUIS : Quels types d’appuis ces savoirs apportent-ils aux politiques publiques favorisant la transition écologique ?

  • Introduction à la thématique par Patrice Bueso, DRI – CGDD – MTES
  • Table ronde avec les équipes Ecolocal et Refuge, ainsi qu’avec François Houllier, Université Sorbonne-Paris-Cité et Sylvane Casademont, MESRI
  • Discussion avec la salle

CONCLUSION du colloque par le grand témoin

  • Pierre-Benoît Joly, INRA – LISIS et ALLISS

18h10 Fin du colloque

International workshop on System Innovation towards Sustainable Agriculture SISA-3 – To be held in Riga (Latvia) 6-8 November 2018 at the Baltic Studies Centre

The aim of the third SISA workshop is to bring together research insights and practical experiences in making agriculture more sustainable. The workshop will discuss these in-depth, seeking to contribute to more robust knowledge on how to stimulate transitions towards sustainable agro-food systems.

The workshop will address a range of analytical methods, experiences and scientific insights of the main issues at stake in sustainability research and projects. Doing so, the meeting seeks to realize three main objectives, notably:

• Compare and contrast the issues and analysis of multi-actor innovation process, R&D practices, governance and transformative policies in various European countries;
• Provide input to rethinking government policies, socioprofessional strategies and civic concerns to contribute to sustainability transitions in the agro-food systems on the basis of existing research and experiences;
• Define the content and the agenda of the on-going SISA open consortium for further research and mission-oriented policy support.

Organization committee:
Marc Barbier – INRA & IFRIS, France
Marianne Cerf – INRA SAD, IDEAS, France
Boelie Elzen – Wageningen University and Research, The Netherlands
Talis Tisenkopfs – Baltic Studies Centre, Latvia

Abstract Submission Web Page:
https://marcbarbier1.wixsite.com/sisa3riga2018

SISA CoP Web Page:
https://sisacop.wixsite.com/mysite

Download the full document:

http://ifris.org/wp-content/blogs.dir/1/files/2018/06/CALL-SISA3-leaflet-FINAL.pdf

[Projection-débat] « l’Europe et les perturbateurs endocriniens » – Jeudi 31 Mai à partir de 19h30

L’association Les Amis de La Louve vous invite à une soirée-débat jeudi 31 mai à 19h30 à la Bellevilloise.

Projection du documentaire endoc(t)rinement, suivie d’un débat qui sera animé par Annabelle Grelier , journaliste- reporter à France Culture, avec :

• Stéphane Horel, réalisatrice du documentaire projeté Endoc(t)rinement
Dernier ouvrage : Intoxication chez La Découverte (sera en vente au stand librairie)
http://www.stephanehorel.fr/doc/endoc/

• Henri Boullier, sociologue à l’INSERM et chercheur, s’intéresse aux relations entre science, industrie et pouvoirs publics, dans les secteurs de la chimie et du médicament.
http://www.cermes3.cnrs.fr/fr/post-doctorants/539-boullier-henri

• Nadine Lauverjat de l’ONG Générations Futures(en visioconférence)
https://www.generations-futures.fr/

• Daniel Hofnung, ingénieur du Collectif 3R
Le Collectif 3R milite pour des solutions alternatives zéro déchet à la mise en décharge, l’incinération, le tri mécano-biologique/méthanisation et contre le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris 13.
http://collectif3r.org/

Accès libre 
Inscription conseillée

Détails

Date :
31 mai
Heure :
de 19:30 à 22:00
Prix :
Gratuit

Plus d’informations : https://www.labellevilloise.com/evenement/les-amis-de-la-louve-leurope-et-les-perturbateurs-endocriniens/

Note de recherche IFRIS N°7 : Cédric Durand – L’envers de l’économie numérique : Un capitalisme intellectuel monopoliste

Cette note de recherche a été rédigée à la suite d’un séjour de recherche à la New School for Social Sciences de New-York dans le cadre du programme de circulation des chercheurs de l’IFRIS financé par le LabEx SITES.

L’économie numérique, née du mariage de l’informatique et des télécommunications, n’était au milieu des années 1990 qu’un eldorado, pour une large part une chimère qui se brisa lors du krach boursier de 2001. Mais cette économie a grandi et forme désormais le coeur du capitalisme mondial. C’est autour de l’information que s’articule un nouveau paradigme techno-économique.

L’hégémonie de ce paradigme informationnel se manifeste, par exemple, lorsque l’on regarde les principales capitalisations boursières (Tableau 1 et Tableau 2.) En 2018, sept des dix plus grandes entreprises dans le monde sont des firmes de l’économie numérique, une ascension spectaculaire puisque parmi elles, seule Microsoft faisait partie de cette élite au début du millénaire. Comme la capitalisation boursière correspond à la valeur totale des actions d’une entreprise, c’est-à-dire à l’anticipation des flux de profits à venir, Il y a là une indication de la direction prise par l’accumulation capitaliste : les entreprises du secteur dit « des technologies » sont promises au rôle de référent dévolu dans l’après-seconde guerre mondiale à l’industrie automobile et à la production en masse de biens de consommation durables.

Lire l’ensemble de la note ici

Revisiting the Nuclear Order: Technopolitical Landscapes and Timescapes – Conférence internationale -11-12 June 2018

Revisting the Nuclear Order – Technopolitical Landscapes and Timescapes

Revisiting the Nuclear Order. Technopolitical Landscapes and Timescapes

Conférence internationale

11-12 June 2018

Institut d’études avancées

17 quai d’Anjou, 75004, Paris

 

Organisation: Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Soraya Boudia (Université Paris Descartes), Kyoko Sato (Stanford University)

Vous trouverez ci joint le programme de cette conférence internationale et ci-dessous une présentation en français. Le programme est également consultable à cette adresse :  https://bit.ly/2HeqT1D

Vu le nombre limité de places disponibles chaque participant doit s’inscrire sur le lien : https://webquest.fr/?m=44204_conference-revisiting-the-nuclear-order-technopolitical-landscapes-and-timescapes

Cette conférence est la deuxième d’une série de trois conférences organisées dans le cadre d’un programme de recherche bilatéral France/USA financé par le Partner University Fund pour une période de 3 ans (2016-2019). La première conférence “Making the World Nuclear After Hiroshima”, s’est tenue à Stanford en Mai 2017 (http://hiroshimaconference.weebly.com). Une conférence finale se tiendra au Japon en 2019 avant la publication d’un volume collectif. Cette deuxième conférence est organisée autour de l’exploration des dimensions temporelles et spatiales du nucléaire.

Hiroshima et Nagasaki ont souvent été considérés comme l’aube d’une ère nouvelle, l’âge du nucléaire que Gunther Anders décrivait comme « l’âge où à chaque moment nous avons le pouvoir de transformer n’importe quel lieu de la planète, et la planète elle-même, en un Hiroshima ». Il est vite apparu que le nucléaire changeait l’échelle des problèmes posés et inauguré un cadrage planétaire de leur prise en charge.

En tant que marqueur du pouvoir des états et de la souveraineté nationale, la puissance nucléaire a joué un rôle clé dans la Guerre froide et influencé la politique internationale dans les décennies suivantes. Avec le nucléaire, le monde est devenu un laboratoire pour affronter des problèmes allant de l’indépendance énergétique à la dissuasion nucléaire, de la sûreté et de la sécurité à la gestion des déchets et des catastrophes. La puissance nucléaire a aussi profondément marqué les productions culturelles (cinéma, art, littérature) en tant que symbole de pouvoir et arme de destruction massive. Depuis la période de la Guerre froide, l’énergie nucléaire a reconfiguré nos sociétés, avec des tensions géopolitiques persistantes et les représentations symboliques associées (musées ou mémorial en particulier). Au moment de débats sur le changement climatique, la technologie nucléaire fournit un exemple de l’influence profonde de l’espèce humaine sur la planète au point que certains chercheurs ont proposé de considérer la date du premier essai nucléaire comme le début de l’Anthropocène.

Cette conférence internationale réunissant des chercheurs des sciences humaines et sociales propose de revisiter l’ordre nucléaire dans la longue durée, en considérant le passé et le présent, le global et le local, en particulier le cas des Etats-Unis, du Japon et de la France.

Programme

2ème Conférence « Science, Policy & Society » co-organisée par USPC et la National University of Singapore – Sciences Po le 22 mai & Université Paris Descartes le 23 mai

Suite au succès de la première conférence «Science, politique et société» à l’Université nationale de Singapour (NUS) en 2017, l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC) et NUS organisent un deuxième événement à Paris les 22 et 23 mai 2018.

La première conférence «Science, politique et société» a été l’occasion de célébrer le partenariat USPC-NUS et de présenter les initiatives conjointes de recherche et d’enseignement fondées par les deux institutions dans le cadre de leur collaboration. Cliquez ici pour voir le livret de la conférence qui se tiendra en 2017.

La deuxième conférence sera l’occasion de puiser dans les forces de chaque institution pour créer de nouveaux partenariats. L’événement se concentrera sur la façon dont différentes disciplines et collaborations internationales peuvent contribuer à faire progresser la science et créer des solutions innovantes aux défis de demain. L’événement portera une attention particulière sur la façon dont les sciences humaines et les sciences sociales interagissent avec d’autres disciplines tout en s’assurant que les résultats de leur travail sont durables et bénéfiques pour la société.

Cette conférence fait partie des événements officiels de l’année de l’innovation France-Singapore 2018.

Inscription et  programme ici : http://blog.nus.edu.sg/sps2018/

La conférence est gratuite mais l’inscription obligatoire.

⬆️